Navigation – Plan du site
87
W. Kleiss

« Terrassenanlagen in der iranische Architektur », AMIT, 30, (1998), pp. 227-268.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Vaste panorama des terrasses, construites en pierre, érigées entre le 3e millénaire et le 19e s. dans lequel les époques urartéenne, achéménide et post-achéménide ont la part belle. En dehors des hauts-lieux et monuments très connus, il était utile de rappeler qu’à Bīsotūn, Hājjiābād (près de Naqš-e Rostam) ou Īze de telles constructions existent. Quant à la fonction des monuments érigés sur ces terrasses, elle va du lieu défensif au palais ou pavillon, en passant par des fonctions « cultuelles », définition qui n’engage personne. Ce n’est pas un inventaire, qui serait incomplet, ni une typologie, mais une vision générale qui met en œuvre les observations de l’A., infatigable voyageur depuis les années soixante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. W. Kleiss, « « Terrassenanlagen in der iranische Architektur », AMIT, 30, (1998), pp. 227-268. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 87, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36247

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page