Navigation – Plan du site
88
D. T. Potts

The Archaeology of Elam: Formation and Transformation of an Ancient Iranian State (Cambridge World Archaeology). Cambridge, 1999, 490 p., 102 ill., 42 pl., 62 tableaux.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre bien fait est une imposante compilation de l’histoire  sources textuelles et données archéologiques  d’une partie de l’Iran actuel, l’Élam qui est compris comme l’ensemble des provinces du Khuzestan, du Fars et partiellement du Kohkiluyeh va Boyer Ahmad. Il faut oublier le sous-titre qui est trompeur, et même inexact, puisqu’il qualifie d’iraniens des territoires et des entités politiques qui, dans la plus longue partie de leur histoire traitée ici, ne le sont pas.

2D. P. a écrit le livre dont la grande partie aurait dû être traitée par les membres de la Mission de Suse (y compris l’auteur de ces lignes) à l’issue du programme de recherches 1968-78 qui visait à affiner la séquence archéologique de Suse et la Susiane et à en compléter les chaînons manquants. Pour cette région, il disposait cependant des copieux rapports préliminaires (Cahiers de la DAFI, 15 volumes, soit plusieurs milliers de pages de texte et de figures) qui précisent les données contenues dans quelque 40 volumes antérieurs de Mémoires et des centaines d’articles. Pour les régions orientales, et surtout le Fars aux époques élamites, l’ouvrage de E. Carter et M. Stolper, Elam, Surveys of Political History and Archaeology faisait le point en 1984, ce que complète peu à peu la publication de Tall-i Malyan. L’A. connaît parfaitement toute cette documentation, ce qui n’était guère facile puisqu’elle couvre quelque six millénaires qui sont, chacun, une spécialité de plusieurs historiens, archéologues et épigraphistes.

3À partir de l’époque achéménide et surtout des périodes suivantes, c’est principalement l’ancienne Susiane et les régions de la future Élymaïde qui sont traitées. Pour cette dernière les sources textuelles et archéologiques y ont plus abondantes qu’aux périodes antérieures et par ailleurs ce sont les régions dans lesquelles on retrouve plus aisément l’ancien Elam.

4L’illustration est abondante et de bonne qualité, les tableaux nombreux, plus de 60, le plus souvent construits par l’A., mais certains dérivent directement de bases publiées dont les auteurs auraient pu être plus visiblement cités. Ces tableaux constituent de bonnes synthèses des données mais, forcément réducteurs, ils doivent être utilisés avec le texte ; pour ceux qui concernent les sources textuelles, il revient aux épigraphistes de discuter de la validité de la sélection.

5D. P. donne là un très utile manuel, qui aurait toutefois gagné à être plus hiérarchisé, pour mettre en valeur les aspects jugés les plus importants. Le souci de donner le maximum d’informations aboutit parfois à une énumération de sources et de faits, qui pourra dérouter le lecteur peu familier de l’histoire de cette partie du Moyen-Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. D. T. Potts, « The Archaeology of Elam: Formation and Transformation of an Ancient Iranian State (Cambridge World Archaeology). Cambridge, 1999, 490 p., 102 ill., 42 pl., 62 tableaux. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 88, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36248

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page