Navigation – Plan du site
89
Thomas S. Schmidt

Plutarque et les Barbares. La rhétorique d’une image. Louvain, Peeters, 1999, X + 374 p.

Compte-rendu réalisé par Philip Huyse

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Le choix de Plutarque pour une étude sur les barbares peut paraître un peu étrange, car parmi ses écrits, seuls la « Vie d’Artaxerxès » et le traité perdu des « Questions barbares » portent directement sur les barbares. Mais cette thèse de doctorat soutenue à l’université de Fribourg (Suisse) en 1997 est en fait moins une étude sur les barbares eux-mêmes, qu’une étude sur l’utilisation des barbares par Plutarque à des fins rhétoriques et sur les techniques narratives de son œuvre.

2Pour commencer (chap. 1), Plutarque aime caractériser l’homme barbare en utilisant des doublets comme « sauvage et barbare », « barbare et bestial », ou encore « cruel et barbare ». De cette façon, Plutarque cherche à provoquer une émotion chez ses lecteurs (justifier la peur de ses héros face aux barbares, accentuer leur malheur, condamner la barbarie), ce qui lui permet également de mettre en évidence les qualités et vertus des Grecs et Romains (le plus souvent). D’autres caractéristiques des barbares sont passées en revue dans les chapitres suivants (chaps. 2-5) : leur nombre imposant, leur audace et ses excès (l’orgueil, le mépris, la présomption, etc.), leur richesse et leur débauche, etc. Mais il ne s’agit pas d’une simple énumération fastidieuse de ces traits ; à chaque fois, il y a une réflexion de la part de l’auteur sur l’utilisation de ces éléments dans la technique narrative de Plutarque. Il y a aussi des barbares nobles et courageux ou sages (chap. 6), qui sont à leur tour souvent opposés à des Grecs et Romains aux traits négatifs (p. ex. Suréna face à Crassus). Dans un dernier chapitre, ce schéma est mis à l’épreuve dans trois cas à titre d’exemple (Alexandre, Crassus, et Artaxerxès), qui illustrent encore une fois la prédilection de Plutarque pour la technique du contraste.

3Bref, cette attitude littéraire à l’égard des barbares souligne bien l’ardent patriotisme de Plutarque, mais révèle assez peu ses vrais sentiments concernant les barbares, sauf que dans l’écrasante majorité des cas, ce sont bien eux qui ont une image négative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Huyse. Thomas S. Schmidt, « Plutarque et les Barbares. La rhétorique d’une image. Louvain, Peeters, 1999, X + 374 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 89, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36249

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page