Navigation – Plan du site
112
A. David H. Bivar

« Babylon or Persis: A Crux of the Behistun Inscription », IA, 33, (1998), pp. 187-193.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Ingénieuse hypothèse restituant un twk, déformé en ‘lwk dans la version araméenne de l’inscription de Bīsotūn (trouvée en Égypte), toponyme dans lequel l’A. suggère de reconnaître la Taoun d’Arrien qui y mentionne un palais perse ; c’est la moderne Tawwaj, entre Kāzerūn et Būšehr, où fut découvert dans les années soixante un pavillon achéménide. L’origine de la discussion est la mention, fautive selon l’A., de Babylone dans la version babylonienne de Bīsotūn à propos de Vahyazdāta, l’un des rois rebelles contre Darius. Il est étrange en effet de voir mentionnées des troupes perses de Babylone pour soutenir une rébellion qui commence dans une région lointaine, à la limite du Fārs et du Kermān. Se pose toujours cependant la question de la version originale de l’inscription, s’il en a existé une, et de la raison d’être, peut-être intentionnelle, des différences que les quatre versions présentent entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. A. David H. Bivar, « « Babylon or Persis: A Crux of the Behistun Inscription », IA, 33, (1998), pp. 187-193. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 112, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36298

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page