Navigation – Plan du site
116
Pierre Briant

« Cités et satrapes dans l’Empire achéménide : Xanthos et Pixôdaros », CRAI, janvier-mars 1998 (1999), pp. 305-347.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1L’année 1973 avait vu la découverte de trois documents inscrits d’époque perse d’importance majeure : la statue de Darius à Suse, quadrilingue, la stèle de Draophernès à Sardes, en grec, et l’inscription trilingue de Xanthos (en lycien, grec et araméen). Tous les trois n’ont pas fini de révéler leurs richesses, malgré plusieurs publications et articles pour chacun. P.B. étudie celle de Xanthos qui, schématiquement, marque la décision d’organiser un nouveau culte à Xanthos en Lycie et mentionne, dans un rôle à définir, le satrape Pixôdaros ; mais, au-delà de l’événement, l’A. traite l’inscription comme un élément de l’analyse des rapports entre le satrape, représentant le pouvoir central, et une communauté locale d’Asie Mineure. Le satrape apparaît avant tout comme un garant et arbitre, en reconnaissant langues, religions, institutions de la communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Pierre Briant, « « Cités et satrapes dans l’Empire achéménide : Xanthos et Pixôdaros », CRAI, janvier-mars 1998 (1999), pp. 305-347. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 116, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36303

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page