Navigation – Plan du site
133
Ann C. Gunter et Margaret Cool Root

« Replicating, inscribing, giving: Ernst Herzfeld and Artaxerses’Silver Phiale in the Freer Gallery of Art ». Ars Orientalis 28, (1998), pp. 3-38.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Belle enquête très minutieuse et honnête, étude typologique des phiales, essai pénétrant d’interprétation de ce type d’objets, cet article offre tout cela à la fois. Sur le premier aspect, on retiendra les conclusions des AA. : la coupe de la Freer Gallery of Art et ses trois « sœurs » sont authentiques (cf. Abs. Ir., 17-19, n° 207 pour celle du British Museum), les inscriptions également, mais la provenance reste incertaine (E. Herzfeld, le célèbre archéologue, mais aussi collectionneur et « antiquaire » à l’occasion, ne sort pas grandi de l’enquête). Les AA. ne mettent pas en doute cependant que les quatre coupes, presque identiques il est vrai, aient été trouvées ensemble ; on sait pourtant combien l’assemblage ou le désassemblage d’un « trésor » peut avoir de la valeur (marchande !), comme l’a écrit maintes fois O. W. Muscarella, tout autant que le nom du site d’origine (Trésor de Hamadan, comme Trésor de Ziwiyé ou de l’Oxus, sonnent mieux qu’un quelconque Aliabad).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Ann C. Gunter et Margaret Cool Root, « « Replicating, inscribing, giving: Ernst Herzfeld and Artaxerses’Silver Phiale in the Freer Gallery of Art ». Ars Orientalis 28, (1998), pp. 3-38. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 133, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36333

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page