Navigation – Plan du site
152
F. Malbran-Labat

« La trilingue de Behistun et les singularités de la version babylonienne », Semitica, 48, (1999), pp. 61-74.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Si l’A. se place dans une méthode de comparaison des trois versions de la fameuse inscription de Darius, elle postule que, dès le départ, chacune d’entre elles n’est pas une traduction plus ou moins fidèle ou fautive d’un original ; chacune a sa raison d’être, a son « public ». Pour celle qu’elle étudie, il y a bien « babylonisation » dans la rédaction et dans la formulation ; ainsi des éléments de la culture proprement iranienne y sont gommés. Rappelons qu’après l’édition du texte par E. N. von Voigtlander (CII, II, 1978), F. M.-L. a donné de la version babylonienne une étude de la langue et de la grammaire, mais aussi une transcription et traduction : La version akkadienne de l’inscription trilingue de Darius à Behistun (Documenta Asiana I), Rome, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. F. Malbran-Labat, « « La trilingue de Behistun et les singularités de la version babylonienne », Semitica, 48, (1999), pp. 61-74. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 152, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36358

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page