Navigation – Plan du site
179
Philippe Escolan

Monachisme et Église. Le monachisme syrien du IVe au VIIe siècle : un monachisme charismatique. Paris, Beauchesne, 1999, 410 p.

Compte-rendu réalisé par Florence Hellot

Texte intégral

1Philippe Escolan situe sa recherche dans la Syrie-Mésopotamie partagée entre l’empire sassanide et l’empire romain aux 5e, 6e et 7e s. de l’ère chrétienne. En s’appuyant essentiellement sur des sources littéraires, il cherche à cerner l’originalité de la société monastique dans l’empire sassanide et l’originalité des Églises d’Édesse et de Nisibe face au clergé hiérarchisé et aux autorités civiles. Il rappelle le fractionnement des Églises chrétiennes aux 5e et 6e s., et la naissance de l’Église nestorienne ou Église Syrienne Orientale, réfugiée dans l’empire sassanide où elle acquiert pratiquement le statut d’Église d’État. L’auteur montre que le processus qui a conduit à éliminer les ascètes indépendants au profit d’un monachisme plus classique, contrôlé par le clergé séculier, s’achève à la fin du 7e s. dans l’Église Orientale, deux siècles après l’Église Occidentale. Cela serait dû au puissant réseau d’écoles développé dans l’empire sassanide, à la pratique d’une ascèse monastique proche de l’expérience mystique et au groupe des ascètes que l’auteur rapproche de celui des élus manichéens. Il fait ainsi de l’empire sassanide un lieu d’innovation religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Hellot. Philippe Escolan, « Monachisme et Église. Le monachisme syrien du IVe au VIIe siècle : un monachisme charismatique. Paris, Beauchesne, 1999, 410 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 179, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36401

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page