Navigation – Plan du site
185
Antonio Invernizzi

Sculpture di metallo da Nisa. Cultura greca e cultura iranica in Partia. Leuven, Peeters, 1999, 236 p. + 8 tab. en couleur + 22 tab. n/b + 71 fig. (Acta Iranica, 35. Troisième Série : Textes et Mémoires, vol. XXI).

Compte-rendu réalisé par Edward Dąbrowa

Texte intégral

1Les résultats des fouilles effectuées à partir des années trente par les archéologues soviétiques dans la Vieille et la Nouvelle Nise ont été présentés essentiellement en langue russe dans plusieurs volumes de la série Trudy JuTAKE, une série bien connue mais dont il est difficile de trouver la collection intégrale dans la plupart des bibliothèques. Jusqu’à nos jours, cette série représente la seule source d’information relative à différents types de monuments de culture matérielle retrouvés lors de ces fouilles. La seule exception est une publication séparée se rapportant aux rythons d’ivoire retrouvés à la Vieille Nisa (cf. M. E. Masson, G. A. Pugačenkova, Parfianskie ritony Nisy, Askhabad Moscou 1956-1959 (Trudy JuTAKE, t. 4) = M. E. Masson, G. A. Pugačenkova, The Parthian Rythons of Nisa, Firenze 1982 (Monografie di Mesopotamia, vol. 1). Un autre exemple particulièrement intéressant de ce type de trouvaille venant de la Vieille Nise, à savoir les sculptures en métal, vient justement d’être publié par Invernizzi. Du point de vue quantitatif, ce type de monuments n’est guère impressionnant. Pendant les fouilles, guère plus d’une dizaine d’objets appartenant à cette catégorie n’ont été retrouvés ; de surcroît, une partie d’entre eux n’étaient pas en bon état de conservation. Malgré cela, ces objets, retrouvés dans les vestiges de l’ensemble architectural que constituait le palais édifié par les Arsacides à la Vieille Nisa, lieu qui était aussi l’une des premières capitales de leur État, constituent un témoignage précieux des 2e-1er s. avant J.-C. et ont une grande valeur artistique et historique du point de vue des connaissances de la culture et l’histoire de l’État des Arsacides : ils nous renseignent sur les goûts artistiques et l’idéologie à la cour parthe. Les descriptions détaillées de chaque objet sont accompagnées de photographies d’une excellente qualité technique. Ces mêmes monuments font aussi l’objet d’une analyse iconographique et stylistique très poussée tenant compte du contexte de la culture matérielle et spirituelle de l’Asie Centrale et de l’Iran, ceci aussi bien pendant la période préhellénistique qu’hellénistique. Cette analyse permet à l’auteur de déterminer la fonction de chaque monument, le lieu probable de son origine ainsi que la date de sa création.

2Les investigations d’Invernizzi ont le mérite essentiel de préciser toute une série de questions importantes pour une meilleure connaissance du caractère et du contenu de la culture parthe à l’époque des débuts de l’État des Arsacides et permettent de mesurer l’étendue de l’impact qu’exerça sur cet État la culture grecque ; elles contribuent également à approfondir les connaissances sur la culture et l’iconographie grecque et iranienne. Du point de vue méthodologique, l’ouvrage d’Invernizzi peut être considéré comme exemplaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edward Dąbrowa. Antonio Invernizzi, « Sculpture di metallo da Nisa. Cultura greca e cultura iranica in Partia. Leuven, Peeters, 1999, 236 p. + 8 tab. en couleur + 22 tab. n/b + 71 fig. (Acta Iranica, 35. Troisième Série : Textes et Mémoires, vol. XXI). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 185, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36411

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page