Navigation – Plan du site
193
K. Otavsky

Entlang der Seidenstraße. Frühmittelalterliche Kunst zwischen Persien und China in der Abegg-Stiftung, (Riggisberg Berichte, 6). Riggisberg, Abegg-Stiftung, 1998, 382 p.

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Texte intégral

1La collection Abegg (Abegg-Stiftung, CH-3132 Riggisberg, Suisse), qui abrite un superbe ensemble d’objets sassanides, s’est récemment enrichie de tissus de style sassanide. Ceux-ci ont fait l’objet d’un colloque dont voici les actes. Il s’agit certainement du plus important ouvrage récent sur l’art sassanide en raison de la nouveauté des documents. K. Otavsky présente d’abord les nouvelles acquisitions (« Stoffe von der Seidenstraße : Eine neue Sammlungsgruppe in der Abegg-Stiftung », pp. 13-41), un groupe de 10 soieries, dont 9 post-sassanides provenant de l’est iranien ou d’Asie centrale, et une superbe soierie aux canards chinoise. R. Schorta (« Beobachtungen zu frühmittelalterlichen Webtechniken anhand von zehn Seidenstoffen der Abegg-Stiftung », pp. 43-94) analyse en profondeur les techniques utilisées. A. Heller (« Two Inscribed Fabrics and their Historical Context : Some Observations on Esthetics and Silk Trade in Tibet, 7th to 9th Century », pp. 95-118) montre que ces tissus proviennent de la chambre funéraire d’un aristocrate tibétain du 8e ou du 9e s. puis élargit le sujet à l’histoire de la diffusion des motifs sassanides en Chine et au Tibet. K. Otavsky (« Zu kunsthistorischen Einordnung der Stoffe », pp. 119-214) tente de reconstruire l’histoire de la diffusion des motifs sassanides vers l’Est pas à pas, en utilisant toutes les sources iconographiques et textuelles disponibles, à partir des représentations de l’art royal sassanide (Ṭāq-i Bustān,) et des trouvailles de textiles sassanides (soies d’Antinoë), puis en abordant la question de la diffusion des motifs et des techniques vers l’Asie centrale hephtalite et sogdienne, et en se penchant sur les trouvailles d’Astana et de Chine. Enfin il s’interroge sur les productions de style sassanide postérieures à l’invasion arabe, et traite notamment le problème des tissus Zandaniji, ainsi que celui des routes de diffusion (Tibet). On quitte ensuite le domaine des tissus pour trouver une présentation de l’argenterie sassanide de la collection (P. O. Harper, « Sasanian and Early Islamic Silver and Bronze Vessels », pp. 215-238), puis une analyse technique et chimique de ces plats (P. Meyers, « Technical Examinations of Sasanian Silver Objects in Riggisberg », pp. 239-246). Suivent deux études très nouvelles de B. Overlaet sur « Sasanian Bronze Sculptures in the Werner Abegg Collection », pp. 247-265, et « Regalia of the Ruling Classes in Late Sasanian Times : The Riggisberg Strap Mountings, Swords and Archer’s Fingercaps », pp. 267-297. Enfin quatre études plus limitées portent sur le verre (J. Kröger, « Gläser aus spätantiker und islamischer Zeit in der Abegg-Stiftung », pp. 299-322), les stucs (J. Kröger, « Die Reliefplatten aus Chal Tarkhan-Eshqabad mit Enten und Weinblättern im sasanidischen Stil in der Abegg-Stiftung », pp. 323-334), un pichet de terre cuite imitant un modèle de métal (St John Simpson, « Gilt-silver and Clay : A Late Sasanian Skeuomorphic Pitcher from Iran », pp. 335-344), et un pendant de cristal de roche (Sh. L. Blair, « An Inscribed Rock Crystal from 10th-Century Iran or Iraq », pp. 345-353).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. K. Otavsky, « Entlang der Seidenstraße. Frühmittelalterliche Kunst zwischen Persien und China in der Abegg-Stiftung, (Riggisberg Berichte, 6). Riggisberg, Abegg-Stiftung, 1998, 382 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 193, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36425

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page