Navigation – Plan du site
206
Muḥammad Ḥasan Jāberī Anṣārī

Tārīḫ-e Eṣfahān. Édition critique établie par Jamšīd Maẓāherī Sorūšyār, Eṣfahān, 1378/1999, 718 p.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Rubriques :

4.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1L’A., Jāberī Anṣārī (1868-1957) est un notable d’Isfahan qui consacra sa vie au service de l’État puis à l’écriture. Sous les Qâjârs, il travailla, comme son père avant lui, dans l’appareil administratif d’Isfahan (les deux hommes servirent notamment Ẓell ol-Solṭān). Après avoir participé activement au mouvement constitutionnel, il se retira de la vie publique après le coup d’État de Reḍā Šāh.

2Si sa poésie n’est pas inoubliable, ses ouvrages historiques, malgré leur caractère daté, ne manquent pas d’intérêt. En 1322/1944, il publia une somme historique, le Tārīḫ-e Eṣfahān va Rey va hame-ye jahān, consacrée en partie à l’histoire de sa ville, où il reprenait un de ses textes antérieurs, le Tārīḫ-e neṣf-e jahān va hame-ye jahān. L’ouvrage, à cause d’une mise en page déconcertante et de l’absence de tout appareil critique, était d’un maniement très malaisé. Il est aujourd’hui partiellement réédité par Jamšīd Maẓāherī, professeur à l’Université d’Isfahan ; celui-ci a éliminé les développements sur l’histoire de Rey et du monde pour ne garder que ceux sur Isfahan. La première partie concerne l’histoire de la ville de la conquête arabe jusqu’à la période constitutionnelle (pour laquelle l’A., du fait de son activité politique passée, donne un témoignage souvent de première main). La deuxième partie est consacrée aux monuments et la quatrième à la géographie. Jamšīd Maẓāherī a ajouté, en guise de troisième partie, un texte inédit de Jāberī sur deux cent soixante dix-huit grands hommes de la ville (le lecteur pourra comparer avec un ouvrage à la structure similaire : le Rejāl-e Eṣfahān publié en 1328 par M. Mahdavī). L’éditeur du texte a ponctué le texte, identifié les sources de l’A. (celles-ci sont au besoin proposées dans leur version originale, notamment pour les vers arabes traduits par Jāberī Anṣārī). Surtout, le lecteur appréciera la qualité scientifique du travail de M. Maẓāherī, dont les notes nombreuses et documentées éclaircissent un texte original souvent abrupt et donne à ce livre une grande partie de son intérêt. La bibliographie des travaux sur la ville, les volumineux index ainsi que les cent vingt-six documents photographiques en fin de volume sont autant d’éléments utiles à l’historien ou au curieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Muḥammad Ḥasan Jāberī Anṣārī, « Tārīḫ-e Eṣfahān. Édition critique établie par Jamšīd Maẓāherī Sorūšyār, Eṣfahān, 1378/1999, 718 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 206, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36463

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page