Navigation – Plan du site
218
M. Biran

Qaidu and the Rise of the Independant State in Central Asia. Curzon, 1997, 198 p., biblio., cartes et index.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En dépit de son importance pour l’histoire de l’Asie centrale et de l’empire mongol, Qaidu n’avait pas, jusqu’ici, retenu l’attention des chercheurs. L’ouvrage de Michal Biran, issu d’une thèse soutenue à l’Université hébraïque de Jérusalem, vient enfin combler cette lacune. L’auteur, qui maîtrise le chinois, l’arabe et le persan, les trois langues nécessaires pour mener à bien une telle recherche, reconstruit de manière détaillée la vie et la carrière de Qaidu comme souverain d’un État indépendant en Asie centrale au 14e s. Qaidu appartenait à la branche ögödeide. Il devint actif sur la scène politique après l’intronisation de Tolui comme grand Khan en 1251, intronisation qui fut suivie de purges contre les descendants de Ögödei.

2La source principale de M. Biran est le seul texte centrasiatique écrit à cette époque. Il s’agit d’un texte en arabe intitulé Mulḫaqāt al-ṣurāḥ de Jamāl Qaršī, rédigé à Kashghar peu après la disparition de Qaidu en 1301, et dans lequel ce dernier est présenté sous un jour favorable. Ce texte est complété par un usage important des « sources extérieures » au territoire de Qaidu. Les sources chinoises : le Yuan Shi, rédigé vers 1370, ainsi que les études sur les Yüan rédigées à l’époque des Qing (1644-1911) ; les sources persanes : Rašīd al-Dīn qui présente Qaidu comme un souverain illégitime et Vaṣṣāf, plus favorable ; les sources mameloukes, arméniennes et européennes.

3Dans les trois premiers chapitres, l’auteur se livre à une analyse serrée des événements et des rivalités entre les différents ulus, rivalités que Qaidu a su exploiter pour accéder au pouvoir. Le quatrième concerne l’organisation de l’État de Qaidu (armée, administration et économie) et les problèmes religieux, en particulier la question yasa/charia. En conclusion, Michal Biran montre que l’État de Qaidu en Asie centrale a affaibli l’autorité de Qubilai et de ses successeurs sur les khanats mongols. Cet ouvrage est utilement complété par 5 cartes, des tableaux généalogiques, un glossaire des noms propres et des noms de lieux en caractères chinois, une bibliographie (pp. 179-190) et un index (pp. 191-198).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. M. Biran, « Qaidu and the Rise of the Independant State in Central Asia. Curzon, 1997, 198 p., biblio., cartes et index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 218, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36532

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page