Navigation – Plan du site
225
Julie Scott Meisami

Persian Historiography to the End of the Twelfth Century. Edinburgh University Press, Edinburgh, 1999, 319 p.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Avec ce livre, l’A. voudrait contribuer à une meilleure connaissance de l’historiographie persane avant les Mongols, un domaine largement négligé par les plus grands orientalistes (entre autres Rosenthal et Spuler). Après avoir rendu compte des raisons qui ont pu motiver ce manque d’intérêt (méconnaissance du corpus, place prédominante accordée aux textes arabes, négation de l’originalité et de l’autonomie de l’historiographie persane par rapport à son homologue arabe, poids des études philologiques), Meisami propose une présentation problématisée de ce corpus. Partant du postulat selon lequel l’écriture de l’histoire ne se limite pas à compiler des faits mais à construire un récit qui fait sens, l’A. a voulu montrer dans quel contexte culturel et politique précis ces œuvres sont apparues, pour qui et pourquoi.

2Quinze ouvrages de factures éminemment différentes sont présentés selon un plan chronologique (époques sâmânide, ghaznavide, seljuqide) : le poème épique de Firdawsī côtoie ainsi le « manuel administratif » de Niẓām al-Mulk, la chronique locale sur le Fārs d’Ibn al-Balḫī, la traduction de ‘Utbī faite par Jarbāḏqānī ou encore ce monument littéraire qu’est l’histoire des Ghaznavides de Bayhaqī. Chaque livre est présenté de façon systématique, l’A. restitue son organisation interne et prend le temps de citer de nombreux extraits pour appuyer son propos. Cette étude est donc susceptible d’au moins deux types de lectures : lue d’une façon parcellaire, elle permet de prendre connaissance intelligemment du contenu de sources parfois mal connues ; c’est à ce titre un compendium très utile pour l’historien médiéviste. Au contraire, une lecture globale permet de comprendre dans quel contexte s’est développée et épanouie l’historiographie persane, en saisissant son extrême diversité et aussi sa profonde unité. Cette unité se révèle dans les thèmes exploités (les concepts antinomiques de dawla et de fitna, la notion de légitimité du pouvoir), les motifs (ou patterns) développés, la façon d’intégrer des sources hétérogènes (lettres, poèmes, discours) dans le discours historique. Pour élargir la perspective de son propos et affiner ses analyses, qui ne sont pas toutes foncièrement nouvelles, l’A. n’hésite pas à recourir à des exemples tirés de la Grèce antique ou encore de la Renaissance italienne ou française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Julie Scott Meisami, « Persian Historiography to the End of the Twelfth Century. Edinburgh University Press, Edinburgh, 1999, 319 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 225, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36544

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page