Navigation – Plan du site
233
Isenbike Togan

Flexibility & Limitation in Steppe Formations. The Kerait Khanate & Chinggis Khan. Leiden, Brill, 1998, 192 p., bibliographie, index, ill. et cartes.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage examine les circonstances qui ont favorisé la création de l’empire mongol au 13e s. L’auteur procède selon deux niveaux d’analyse, « macroscopique » et « microscopique ». Partant de la constatation que l’histoire de l’Asie centrale du 20e s. est profondément marquée par les exploits de Gengis Khan et que celle de l’Anatolie du 20e l’est par l’impact de l’empire ottoman, l’auteur adopte une perspective comparatiste entre ces deux empires. Selon I. Togan, les Mongols se sont trouvés confrontés aux mêmes problèmes que d’autres conquérants nomades : un arrière-fond tribal, dans lequel il n’existe pas de séparation entre la sphère politique et économique, et la politique commerciale des États sédentaires qui exerçaient leur contrôle sur les activités marchandes. L’étude se concentre sur deux périodes : le « tribalisme » des 11e et 12e s., suivi de la « détribalisation » du 13e s.

2Le chapitre I : « Patterns of Universalism and Localism in Inner Asia » (pp. 1-16) introduit le problème de la destruction et de la réemergence de l’ordre tribal et ethnique, ainsi que celui des identités locales. La dissolution d’un empire universel mène toujours, selon I. Togan, à la réémergence de nouvelles identités tribales qui conduisent à l’affirmation de pouvoirs locaux : tel fut le cas après la dissolution de l’empire gengiskhanide en Asie centrale au 14e s., et aujourd’hui après la chute de l’Union soviétique.

3Le chapitre II : « The Setting: Prelude to the Thirteenth Century » (pp. 17-59) examine la manière dont les tribus, au 12e s., ont pénétré dans les pays sédentaires (Chine, Iran, Proche Orient) ainsi que le rôle joué par les marchands musulmans dans l’établissement de contacts entre nomades et populations sédentaires.

4Le chapitre III : « Shifting Alliances and the Kerait » (pp. 60-123) retrace l’histoire mouvementée des Kerait et présente l’empire gengiskhanide en formation du point du vue des tribus. L’auteur constate que le pouvoir de l’aristocratie tribale reposait tant sur des alliances entre tribus que sur des relations de loyauté personnelle, ce qui peut sembler incompatible avec la formation d’un État.

5Le chapitre IV : « The Universal Order » (pp. 124-150) met l’accent sur l’habileté de Gengis Khan à introduire un ordre nouveau, une vision du monde universaliste, un ordre, en quelque sorte, révolutionnaire en milieu tribal. Sa propre personnalité, a posteriori, lui a donné une stature de qa’an « ordonné par le ciel éternel » alors qu’à l’origine il était, tout simplement, considéré comme le chef des Mongols.

6Dans le chapitre V : « Epilogue » (pp. 151-162), l’auteur expose ses conclusions. Les tribus de haute Asie et d’Asie centrale ne furent jamais, selon I. Togan, ni marginales ni isolées. L’empire de Gengis Khan était construit, sans aucun doute, sur son charisme personnel mais également sur une base qui nous échappe si nous lisons l’histoire du seul point de vue des civilisations sédentaires et de leurs sources écrites. I. Togan insiste sur le rôle de la littérature orale dans la transmission des traditions politiques, économiques et culturelles et se réclame de la méthode de Francis W. Cleaves pour qui la lecture des textes ne s’arrête pas à l’utilisation des outils et des méthodes philologiques. La reconstruction du contexte historique et culturel est fondamentale si l’on veut comprendre la logique de la formation de l’empire gengiskhanide. Nous ajouterons que la littérature orale joue, aujourd’hui encore, un rôle particulièrement fort chez les Mongols de Bouriatie. Leurs valeurs traditionnelles s’expriment à travers l’épopée de Geser qui apparaît comme une figure de rassemblement national (voir R. Hamayon, « Chamanisme, bouddhisme, héroïsme épique : quel support d’identité pour les Bouriates post-soviétiques ? », Études mongoles et sibériennes, 27, (1996), pp. 327-356 ; idem, « Reconstruction identitaire autour d’une figure imaginaire chez les Bouriates post-soviétiques », in : J.-C. Attias, P. Gisel et L. Kaennel (éds.), Messianismes. Variations sur une figure juive, Genève, Labor et Fides, 2000, pp. 229-252).

7Les notes font preuve d’une grande érudition orientaliste et mettent en perspective les sources primaires avec la littérature secondaire, notamment de nature anthropologique. La lecture de cet ouvrage sera utilement complétée par celui de Thomas J. Barfield, The Perilious Frontier. Nomadic Empires and China, 221 BC to AD 1757, Cambridge, Blackwell, 1989. Il est dommage que l’auteur, qui s’appuie sur la littérature secondaire en anglais et en turc, n’ait pas eu accès aux travaux en russe et en chinois, essentiels pour le sujet, et qui auraient considérablement enrichi ses analyses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Isenbike Togan, « Flexibility & Limitation in Steppe Formations. The Kerait Khanate & Chinggis Khan. Leiden, Brill, 1998, 192 p., bibliographie, index, ill. et cartes. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 233, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36559

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page