Navigation – Plan du site
255
B. Babajanov

« Biographies of Makhdum-i A’zam al-Kâsâni al-Dahbidi, shaykh of the sixteenth century Naqshbandiya », Manuscripta Orientalia, 5/2, (June 1999), pp. 3-8.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire de la Naqšbandiyya en Asie centrale, l’A. s’intéresse ici à la littérature hagiographique, pour la plupart inédite et insuffisamment étudiée. Il présente ici des biographies du šeyḫ Maḫdūm-i A‘ẓam (m. 949/1542), dont l’une a été découverte (Anīs al-ṭālibīn) et une autre datée par lui-même (Silsilat al-ṣiddīqīn, 1550-52 au plus tard). Quatre sources sont décrites, dont les trois premières, datant du 16e s., sont les œuvres des disciples de Maḫdūm-i A‘ẓam, et la quatrième, du début du 17e s., de son petit-fils.

21. Anīs al-ṭālibīn, de Qāsim b. Muḥammad Šahr Ṣafā’ī Buḫārā’ī. Le seul manuscrit actuellement connu est conservé dans le fonds de l’Institut d’Orientalisme « Biruni » de Tashkent [I.O.T.]. 2. Tanbīh al-dāllīn wa-l-mudillīn, de Dūst-Muḥammad b. Nawrūz Aḥmad al-Kīšī Fālizkār. L’unique copie de ce texte, malheureusement incomplète à la fin, se trouve à l’I.O.T. 3. Silsilat al-ṣiddīqīn wa anīs al-‘āšiqīn, du même auteur que le texte précédent. Plusieurs copies sont connues dans le monde ; la plus ancienne (I.O.T., n° 622) contient d’importants ajouts dans les marges. La description de cette source permet de corriger les anciennes descriptions dans les quelques catalogues et articles qui la mentionnent (voir n° 10, 11). 4. Jāmi‘ al-maqāmāt, d’Abū’l-Baqā’ b. Bahā’ al-Dīn b. Maḫdūm-i A‘ẓam. S’agissant d’un texte connu, l’A. s’attache à corriger des informations erronées contenues dans les descriptions existantes de ce texte, ainsi que certaines interprétations proposées par B. Ahmedov. Les biographies de Maḫdūm-i A‘ẓam sont un exemple frappant de l’usage que l’historien, tout en gardant une grande prudence, peut faire de la littérature hagiographique. Ces écrits contiennent non seulement les informations sur le rituel Naqšbandī, mais reflètent les principales transformations subies par l’ordre au 16e s. : implication dans les activités politiques, augmentation du pouvoir économique, évolution de la doctrine, etc. Leur étude permet de comprendre le fonctionnment de l’ordre, les relations des šeyḫ-s naqšbandī-s avec leurs contemporains (lignées des šeyḫ-s rivaux, dynasties des ḫān-s ouzbeks), ainsi que les relations et les conflits entre les successeurs de Maḫdūm-i A‘ẓam.

3Peut-être la bibliographie générale de l’article pourrait-elle être complétée, notamment en ce qui concerne les travaux de J. Paul dont plusieurs, publiés durant la dernière décennie, sont consacrés aux questions des hagiographies naqšbandī-s, ainsi que quelques autres (tel M. Gaborieau et al., Naqshbandis..., Istanbul-Paris, 1990). La référence, au n° 11, au « Fonds Molé », Studia Iranica, 7, (1978) concerne plus précisément l’article de F. Coslovi, « Liste des manuscrits arabes et persans microfilmés (Fonds Molé) de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes », dont la seconde partie est parue dans Studia Iranica, 14, (1985). Une fâcheuse erreur typographique est à signaler, p. 3, dans la date de la mort de Ḫwāja Aḥrār : lire 1490, et non pas 1590.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. B. Babajanov, « « Biographies of Makhdum-i A’zam al-Kâsâni al-Dahbidi, shaykh of the sixteenth century Naqshbandiya », Manuscripta Orientalia, 5/2, (June 1999), pp. 3-8. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 255, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36604

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page