Navigation – Plan du site
258
Aftandil Erkinov

« The Perception of Works by Classical Authors in Eighteenth and Nineteenth Century Central Asia: The Example of the Xamsa of ‘Ali Sir Nawa’i », in : Anke von Kügelgen, Michael Kemper et Allen J. Frank, éds., Muslim Culture in Russia and Central Asia from the 18th to the Early 20th Centuries, vol. 2 : « Inter-Regional and Inter-Ethnic Relations ». Klaus Schwartz Verlag, Berlin, 1998, pp. 513-526.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’article aborde le problème intéressant de la circulation des œuvres littéraires, de la popularité d’un auteur et des thèmes. Le Ḫamsa chaghatây de ‘Alī Šīr Navā’ī est parmi les ouvrages classiques les plus populaires en Transoxiane aux 18e-19e s., comme peut en témoigner le nombre important des manuscrits et des lithographies (à partir de 1874) de ce texte. Alors que les milieux littéraires des cours ouzbèkes, particulièrement à Khiva et à Kokand (les plus turcophones), ne produisent plus de grandes œuvres, leur intérêt pour les classiques demeure. Il se traduit principalement dans la production très importante de copies du Ḫamsa de Navā’ī, dont certaines sont de luxueuses commandes des ḫān-s. L’analyse textuelle des manuscrits existants permet de remarquer qu’une grande partie de ces copies sont des adaptations au goût du jour du texte original. Les modifications du texte portent aussi bien sur le nombre et l’ordre des poèmes (ou des sections à l’intérieur des poèmes), que sur la production de versions abrégées, amputées des passages philosophiques et mystiques. D’autre part, on observe de fréquents ajouts de commentaires explicatifs (sur les personnages coraniques et légendaires, les lieux géographiques, etc.), et des dictionnaires pour les parties contenant une accumulation des termes persans et/ou arabes (dans les marges, entre les lignes, ou en fin de texte).

2À défaut de les développer davantage, l’auteur indique quelques pistes de recherche future : quelles sont les réalités de la vie intellectuelle en Transoxiane aux 18e-19e s. ? Quelle est la relation du copiste envers le texte qu’il copie ? Quelle est la relation entre les modes et goûts littéraires, le niveau du lecteur et la « carrière » d’un ouvrage classique ? Quelle œuvre ou son adaptation pour quel lectorat, et en fonction de quels critères ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Aftandil Erkinov, « « The Perception of Works by Classical Authors in Eighteenth and Nineteenth Century Central Asia: The Example of the Xamsa of ‘Ali Sir Nawa’i », in : Anke von Kügelgen, Michael Kemper et Allen J. Frank, éds., Muslim Culture in Russia and Central Asia from the 18th to the Early 20th Centuries, vol. 2 : « Inter-Regional and Inter-Ethnic Relations ». Klaus Schwartz Verlag, Berlin, 1998, pp. 513-526. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 258, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36611

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page