Navigation – Plan du site
261
Mīrzā Šams Boḫārā’ī

Tārīḫ-e Boḫārā, Ḫuqand va Kāšġar (dar šarḥ-e ḥokmrānī-e Amīr Mīr Ḥeydar dar Boḫārā, Moḥammad ‘Alī Ḫān dar Ḫuqand va Jahāngīr Ḫwāja dar Kāšġar). Éd. Moḥammad Akbar ‘Āšiq, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb (Mīrāṯ-e Māvarā’ al-nahr, 2), Āyene-ye Mīrāṯ, 1377/1998, 346 + 2 p., notes, bibliographie, indexes.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Formant le deuxième volume dans la série « Patrimoine de la Transoxiane », voici l’édition d’un court récit historique et auto-biographique, écrit en persan en 1859 par Mīrzā Šams b. Mīrzā Yūsuf b. Mīrzā Ya‘qūb Boḫārā’ī (né 1804), sur la commande de V. V. Grigor’iev, gouverneur d’Orenbourg, auquel il a remis l’autographe de son ouvrage. Mīrzā Šams était issu d’une lignée de hauts fonctionnaires de l’administration de Boukhara alliée par mariage à la dynastie manghite. Après la mort d’Amīr Ḥeydar (1824), il fut entraîné dans la lutte pour le pouvoir entre les fils de celui-ci et, après avoir brièvement servi Amīr ‘Omar (r. 1824-26), supplanté par son frère Amīr Naṣrollāh (r. 1826-1860), il fut contraint de s’exiler d’abord à Kokand puis à Orenbourg, où il s’installa de façon quasi permanente (biographie de l’auteur pp. 56-59). L’édition de ce texte par Grigor’iev (Kazan, 1861), avec sa traduction en russe, n’est pas complète car elle ne débute qu’avec l’avènement au pouvoir à Boukhara d’Amīr Ḥeydar (1800), alors que le texte original contenait les événements à partir des années 1740 (cf. C. A. Storey/ Yu. Bregel’, Persidskaja literatura. Bio-bibliograficheskij obzor, Moscou, 1972, vol. II, pp. 1166-67). En 1321 h./1903, une re-traduction en persan du texte russe (!) fut dédiée au prince qājār Solṭān Mas‘ūd Mīrzā Ẓell al-Solṭān, fils de Nāṣer al-Dīn Šāh, par Ḥeydar Ḫān et Ḥājī Ḥasan Ḫān Yāvur. C’est cette version qui fait l’objet de la présente édition, faite d’après le microfilm de l’unique manuscrit de cet ouvrage (63 folios), conservé à la Bibliothèque de l’Université de Téhéran. L’édition est précédée d’une introduction donnant un cadre historique, les éléments de la biographie de l’auteur et une analyse du texte. La principale valeur de cet ouvrage est sa qualité de témoignage oculaire.

2L’ouvrage est essentiellement consacré aux événements politiques survenus à Boukhara, Kokand et Kâshghar, mais il contient également des informations intéressantes sur la vie économique, sociale etc. (ff. 1a-29b). Il comporte un court supplément (ff. 30a-39b, 57b-59a) avec quelques informations sur les années précédant l’arrivée au pouvoir d’Amīr Ḥeydar, ainsi qu’une partie géographique (ff. 39b-57b, 59a-63b), que l’éditeur suppose être un ajout fait par Grigor’iev (p. 61-63). Plus probablement, il peut s’agir d’un résumé de la partie historique originale de Mīrzā Šams que Grigor’iev a choisi d’omettre car elle présentait moins d’attrait pour les lecteurs russes, intéressés surtout par les événements plus contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Mīrzā Šams Boḫārā’ī, « Tārīḫ-e Boḫārā, Ḫuqand va Kāšġar (dar šarḥ-e ḥokmrānī-e Amīr Mīr Ḥeydar dar Boḫārā, Moḥammad ‘Alī Ḫān dar Ḫuqand va Jahāngīr Ḫwāja dar Kāšġar). Éd. Moḥammad Akbar ‘Āšiq, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb (Mīrāṯ-e Māvarā’ al-nahr, 2), Āyene-ye Mīrāṯ, 1377/1998, 346 + 2 p., notes, bibliographie, indexes. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 261, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36616

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page