Navigation – Plan du site
263
Manūčehr Sotūde

Ẓafar-nāme-ye Ḫosravī : šarḥ-e ḥokmravā’ī-e Seyyed Amīr Naṣrollāh Bahādor Solṭān b. Ḥeydar (1242-1277 h.q.) dar Boḫārā va Samarqand. Éd. Manūčehr Sotūde, introd. Esmā‘īl Rahmatof, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb (Mīrāṯ-e Māvarā’ al-nahr, 3), Āyene-ye Mīrāṯ, 1377/1999, 268 + 4 pp., index.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Chronique anonyme du règne d’Amīr Naṣrollāh Manghit (1242-1277/1827-1860), émir de Boukhara, qui décrit les événements de la période depuis la mort d’Amīr Ḥeydar et la lutte pour le pouvoir de ses fils jusqu’à la mort de Naṣrollāh, publiée pour la première fois. La bonne introduction générale de M. Sotūde ainsi qu’une introduction par E. Rahmatof avec, notamment, des paragraphes intéressants sur les particularités de la langue de l’auteur (pp. 14-20, puis pp. 35-39), donnent une assez bonne idée de l’ouvrage ; les notes contiennent une bibliographie des études sur ce texte. Alors que l’on pensait posséder uniquement une seule copie de cet ouvrage (fonds Mirzoev, n° 95), une deuxième copie, datée de 1279/1862, a été découverte dans le fonds de la Bibliothèque nationale « Ferdowsi » à Douchanbé (ms n° 541) ; elle semble être le brouillon du texte. Les É. pensent que, dans les deux cas, il s’agit de l’autographe de l’auteur (description des manuscrits, pp. 26-29). Ce dernier reste anonyme, bien que l’on puisse identifier son milieu avec vraisemblance comme celui des fonctionnaires de la cour manghite (p. 29). La source présente un grand intérêt pour l’histoire de la première moitié du 19e s. en Asie centrale, et notamment par les détails concernant les campagnes militaires de Boukhara contre ses voisins. Non seulement le khanat de Kokand, rival de taille, était l’objet de ces actions militaires, mais aussi des petits pouvoirs territoriaux, indépendants ou semi-indépendants du fait de leur contrôle sur des ressources locales : Urâtepa, Khojand, Jizakh, Shahr-i Sabz etc. D’autre part, les événements survenus dans les petits États sous contrôle afghan (Kholm, Mazâr-e Sharif, Andkhoy, Konduz, Badakhshan etc.), ainsi que quelques informations sur la première guerre anglo-afghane, les relations avec l’Iran qâjâr (notamment des problèmes frontaliers à Sarakhs ou Merv) etc., montrent l’attention que Boukhara accordait aux développements politiques dans toute la région et la part qu’elle y prenait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Manūčehr Sotūde, « Ẓafar-nāme-ye Ḫosravī : šarḥ-e ḥokmravā’ī-e Seyyed Amīr Naṣrollāh Bahādor Solṭān b. Ḥeydar (1242-1277 h.q.) dar Boḫārā va Samarqand. Éd. Manūčehr Sotūde, introd. Esmā‘īl Rahmatof, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb (Mīrāṯ-e Māvarā’ al-nahr, 3), Āyene-ye Mīrāṯ, 1377/1999, 268 + 4 pp., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 263, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36630

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page