Navigation – Plan du site
269
Seyyed Moṣṭafā Taqavī

« Siyāsat-e ‘ašāyerī-e Reḍā Šāh bā ta’kīd bar taḥavvolāt-e siyāsī-e manṭaqe-ye Kūh-Gīlūye va Boyr-Aḥmadī ». Tārīḫ-e Mo‘āṣer-e Īrān, vol. 1, n° 4, (hiver 1376 [1998-99]), pp. 69-92. [La politique tribale de Reḍā Šāh avec accent sur l’évolution politique de la région de Kūh-Gīlūye et Boyr-Aḥmadī]

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Texte intégral

1Description et analyse des modalités et des effets de la politique tribale de Reḍā Šāh ainsi que des réactions d’opposition qu’elle a suscitées, dans la région de Kūh-Gīlūye et Boyr-Aḥmadī mais aussi à l’échelle nationale (l’A. rapporte des propos, qu’il qualifie d’avant-gardistes, de Modarres critiquant la sédentarisation, source de paupérisation, et prônant la réabilitation du nomadisme par la création de services et d’institutions mobiles).

2L’A. souligne que les Qâjârs, eux-mêmes d’origine nomade, s’appuyaient sur les tribus. Sous cette dynastie, la sédentarisation forcée (taḫt-e qāpū) représentait le châtiment suprême, impliquant la ruine et la déchéance, qui était réservé aux tribus félones. En l’appliquant de façon générale et systématique, Reḍā Šāh opéra une rupture totale avec les dynasties précédentes. Surtout, l’A. s’inscrit en faux contre le caractère moderniste et nationaliste d’une telle politique. Pour lui, Reḍā Šāh, en sédentarisant les nomades, n’a fait qu’appauvrir le pays, économiquement et culturellement, et que réaliser les desseins des Anglais qui avaient favorisé son accession au pouvoir : faire de l’Iran un îlot de sécurité, un rempart contre les Russes et les religieux contestataires, un débouché et un réservoir de matières premières pour les industries européennes.

3Cette analyse ne manque pas de pertinence  le progrès ne saurait en effet être confondu avec l’occidentalisation  mais est affaiblie par une idéalisation quelque peu naïve du passé  l’idée d’une Perse qâjâre économiquement autosuffisante reste à démontrer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Seyyed Moṣṭafā Taqavī, « « Siyāsat-e ‘ašāyerī-e Reḍā Šāh bā ta’kīd bar taḥavvolāt-e siyāsī-e manṭaqe-ye Kūh-Gīlūye va Boyr-Aḥmadī ». Tārīḫ-e Mo‘āṣer-e Īrān, vol. 1, n° 4, (hiver 1376 [1998-99]), pp. 69-92. [La politique tribale de Reḍā Šāh avec accent sur l’évolution politique de la région de Kūh-Gīlūye et Boyr-Aḥmadī] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 269, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36639

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page