Navigation – Plan du site
41
Pierre Lecoq

Recherches sur les dialectes kermaniens (Iran central) : grammaire, textes, traductions et glossaires. Louvain/Paris, Peeters, 2002, ix-686 p. (Acta Iranica ; 39).

Compte-rendu réalisé par Vincent Hachard

Texte intégral

1L’unité des dialectes d’Iran appelés traditionnellement « centraux » est reconnue depuis Geiger. L’A. leur a déjà consacré sa thèse en 1984 (Recherches sur les dialectes iraniens centraux, Université Paris 3, 1984, 5 vol., [1727] f.) et nous livre maintenant sous forme publiée le résultat des enquêtes qu’il a menées entre 1969 et 1974 dans une zone s’étendant de Kāšān à Yazd (Qohrūd, Abū Zeyd Ābād, Abiyāne, Tār, Ardestān, Nā’īn, Anārak et Varzene). La désignation de « kermaniens » qu’il leur donne (et qui inclut donc les parlers non étudiés ici s’étendant jusqu’à Kermān) est évidemment à rapprocher de sa proposition (1989) de nommer « carmanien » le groupe que formeraient ensemble kurde et dialectes centraux (ou « kermaniens »). L’ouvrage, de taille considérable, est divisé en trois parties : description grammaticale (strictement synchronique) des parlers (pp. 11-281), recueil de récits dans ces différents parlers (pp. 283-569), et glossaires dialectes-français, le tout précédé d’une très brève introduction (description des points d’enquête ; liste des informateurs). La partie grammaticale présente la phonologie et la morphophonologie des parlers, leur morphologie (substantifs, adjectifs, pronoms, numéraux, verbes, adverbes, prépositions, conjonctions) et enfin leur système de formation des mots ; à chaque fois, les données recueillis dans chaque point d’enquête sont fournies successivement. Si l’inventaire des formes est extrêmement fouillé, on regrettera en revanche l’absence d’une syntaxe, alors même que des problématiques intéressantes – et communes à bien des langues irano-aryennes et à leurs voisines – auraient gagné à être prises en compte : quel est le système de la définitude ? y a-t-il un marquage différentiel de l’actant Y ? comment fonctionne la thématisation (évoquée au § 332) ? quelles sont les valeurs exactes des différents tiroirs verbaux ? y a-t-il un système aspectuel, qui serait à mettre éventuellement en rapport avec la préfixation (par ex., § 754 : n’est-il réellement qu’un préverbe « peu signifiant » ou bien faut-il voir une opposition aspectuelle – ou autre – entre qohrudi et hā dā « donner » ?)… Le seul point syntaxique évoqué – et il est effectivement central dans la diachronie et la diatopie des langues iraniennes – est celui de l’ergativité : mais il n’est traité que rapidement (§ 720-725) ; les exemples qui en sont donnés, limités à trois des parlers étudiés, auraient mérité d’être mis en relation avec les formes verbales à « pronoms régimes incorporés » (§ 819-826), ainsi qu’avec la seule survivance attestée d’une opposition casuelle direct/oblique (abyânei : az/man « je, moi », tö/ta « toi », § 323-324) et avec l’allomorphie des systèmes d’indices personnels verbaux (§ 338-340). Le lecteur désireux de creuser ces questions pourra heureusement se tourner vers le corpus très complet de textes (essentiellement des contes, ce qui rendra l’ouvrage utile également aux folkloristes) ; ceux-ci sont présentés en transcription, et segmentés en brèves séquences numérotées, ce qui permet de suivre aisément leur traduction française située en regard et elle aussi divisée en séquences portant la même numérotation ; des notes grammaticales et le glossaire en facilitent la lecture. Malgré les quelques manques signalés précédemment, cet ouvrage représente incontestablement un jalon dans la connaissance des dialectes centraux de l’Iran et pourra servir de base à de nombreuses études ponctuelles, d’autant qu’est annoncé (p. 1, n. 2) un autre volume, axé celui-là sur la diachronie, et qui peut-être éclairera sous cet angle certains points de syntaxe. Bibliogr. (minimaliste – en attendant celle du deuxième vol.) p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hachard. Pierre Lecoq, « Recherches sur les dialectes kermaniens (Iran central) : grammaire, textes, traductions et glossaires. Louvain/Paris, Peeters, 2002, ix-686 p. (Acta Iranica ; 39). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 41, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3665

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page