Navigation – Plan du site
295
Jeanne Mouliérac

Céramiques du monde musulman. Collections de l’Institut du monde arabe et de J. P. et F. Croisier. Institut du monde arabe, SDZ, 1999, 169 p., nbx. reprod., carte, bibl. 21 x 21 cm. Collection Passion.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

5.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Un ouvrage fait pour l’émerveillement de l’œil et l’intelligence d’un grand art. Il est introduit par Oleg Grabar, qui livre avec la maîtrise qu’on lui connaît sa réflexion sur « l’art de la céramique en Terre d’Islam ». L’ouvrage couvre la période qui va des origines à 1500, la plus prestigieuse. Madame Mouliérac a entrepris de recomposer un puzzle : des pièces éparses dont elle disposait, dans un musée qu’elle a dirigé, elle a su induire et suggérer des pans de civilisation. Il lui fallait croiser technique et histoire, montrer des objets et suggérer la vie, celle du quotidien comme celle de la fête. Tout en maintenant cette perspective de base, elle a insisté, dans une première partie, sur ce que Oleg Grabar nomme les niveaux d’interprétation de la céramique, c’est-à-dire la technique, l’art et la fonction des objets. Cette partie est divisée en quatre chapitres : usages, formes et fonctions de la céramique (pp. 14-35) ; techniques de fabrication, de décoration et de cuisson (pp. 36-57) ; deux pages (pp. 56-57) d’Yves Porter traitent ensuite des sources écrites sur ces techniques, et Sheila Blair et Jonathan Bloom se sont chargés du quatrième chapitre, où il est traité des décors de la céramique musulmane (pp. 58-74) ; un excursus (pp. 76-79) indispensable vient clore la Prima Pars du livre, sur l’Islam et la Chine et sur l’Islam et l’Occident. La deuxième partie de l’ouvrage est un parcours historique, certes, mais aussi un parcours éblouissant parmi des objets superbes, habilement choisis et bien décrits techniquement. L’on va ainsi en Mésopotamie et en Iran abbassides (pp. 82-95), en Iran oriental et en Asie centrale, des Samanides aux Timourides (pp. 96-107), en Iran, des Seldjoukides aux Safavides (pp. 108-123), en Égypte, des Fatimides à la conquête ottomane (pp. 124-133), en Syrie, des Ayyoubides à cette même conquête (pp. 134-144), enfin au Maghreb et en Espagne (pp. 145-153). Les pages finales (pp. 154-157) portent sur le lustre à reflets métalliques. Ainsi s’est fixée dans cet ouvrage, qui peut être un vade-mecum, la beauté friable et transitoire d’un art exceptionnel, qui doit immensément à l’Iran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Jeanne Mouliérac, « Céramiques du monde musulman. Collections de l’Institut du monde arabe et de J. P. et F. Croisier. Institut du monde arabe, SDZ, 1999, 169 p., nbx. reprod., carte, bibl. 21 x 21 cm. Collection Passion. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 295, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36693

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page