Navigation – Plan du site
301

Bukhara : The Myth and the Architecture. Theory and Method in Islamic Architectural Design. Proceedings of the International Symposium Held at the MIT, Cambridge (MA), November 1996. Cambridge (MA), Aga Khan Program for Islamic Architecture, 1999, 186 p., ill.

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Texte intégral

1Parmi les nombreux travaux consacrés, depuis le début des années 1990, à l’étude et à la restauration des monuments de Boukhara, le présent ouvrage apparaît comme l’un des plus séduisants. Il fait voisiner avec bonheur des articles d’histoire urbaine avec des travaux consacrés aux techniques constructives ou aux pratiques urbanistiques. Une brève étude introductive fait le point de la recherche sur les origines de Boukhara ; l’A. insiste sur le fait qu’en dépit de l’ancienneté de son peuplement, la cité n’a acquis de véritable importance qu’à partir du début de l’époque islamique (Frye, Richard N., « How Ancient is Bukhara ? », pp. 15-18). L’étude suivante confronte les données offertes par trois auteurs du 10e s., al-Iṣṭaxrî, Ibn Ḥawqal et an-Naršaxî, sur la topographie de Boukhara à l’époque samanide (Gaube, Heinz, « What Arabic and Persian Sources Tell Us about the Structures of Tenth-Century Bukhara ? », pp. 19-28, 2 cartes). Vient ensuite un article sur les apports de la numismatique à notre connaissance de l’histoire de la conquête arabe de la Transoxiane, et du rôle politique joué par les tribus arabes à Boukhara dans la première moitié du 8e s. (Rtveladze, Edvard, « Coins of Ancient Bukhara », pp. 29-37). L’étude suivante met en perspective les informations offertes par les sources textuelles et les données de l’archéologie. L’A. présente d’abord une revue complète de la bibliographie des études modernes sur Boukhara à l’époque samanide. Puis, en l’absence de possibilité de fouilles systématiques, il se livre à une expérience de typologie comparée des cités de Transoxiane. Insistant d’abord sur la priorité des préoccupations défensives de la société sogdienne et son urbanisme statique, l’A. se penche ensuite sur les bouleversements très rapides du 8e s., marqués notamment par la migration des élites sociales vers les zones suburbaines, et par un échange de rôles entre le centre et les faubourgs de Boukhara (Naymark, Aleksandr, « The Size of Samanid Bukhara: A Note on Settlement Patterns in Early Islamic Mawarannahr », pp. 39-60, 5 fig., 94 notes bibliographiques). Vient ensuite une étude sur la formation de la cité originelle de Boukhara, caractérisée par la distinction entre l’ark et le šahristân, à la faveur de la création d’un système d’irrigation de grande envergure (Nekrasova, E. G., « Lower Layers of Bukhara: Characteristics of Earlier Settlements », pp. 61-69, 1 fig.). L’article suivant, malheureusement dépourvu de la moindre note, nous offre une sorte de visite guidée de la Boukhara samanide : ark, šahristân et rabâḍ (faubourgs) (Ashrafi, Firouz, « Between Conservation and Innovation: the Central Plan of Bukhara », pp. 71-78).

2Viennent ensuite les deux articles centraux du recueil, les plus importants avec celui d’Aleksandr Naymark, et qui donnent à l’ensemble une bonne part de sa valeur. Tous deux sont fondés, en grande partie, sur une analyse du célèbre recueil de documents relatifs à l’activité économique des xwâǧa de Ǧûybâr (sur celui-ci, voir notre c.r. de l’article de Jürgen Paul dans le présent volume d’Abs. Ir., n° 262). Le premier de ces articles utilise le recueil comme une source pour l’étude de l’organisation spatiale de l’oasis de Boukhara, et des relations entre la capitale et son terroir au 16e s. L’A. met en lumière un lien étroit entre l’avènement des Janibekides, dans la deuxième moitié du siècle, et l’extension des propriétés de leurs alliés les xwâǧa Ǧûybârî. D’autres changements sont saisis dans la plus longue durée, ainsi l’extension par certaines familles de leurs possessions sur l’ensemble de l’oasis de Boukhara, voire au-delà. L’A. note, à propos des xwâǧa de Ǧûybâr, la localisation de leurs propriétés le long des routes, en particulier celle de Samarcande, permettant d’acheminer les produits agricoles depuis les tûmân vers les marchés de la capitale. Quelques lignes sont également consacrées à la permanence de la communauté villageoise  si ce n’est comme entité juridique, du moins comme structure de production sur la plus grande partie des terres cultivées (Schwarz, Florian, « Bukhara and Its Hinterland: The Oasis of Bukhara in the Sixteenth Century in the Light of the Juybari Codex », pp. 79-92, 3 fig., 61 notes bibliographiques). Le second de ces deux articles nous offre une étude magistrale de l’évolution de la propriété terrienne dans le village de Juzmandûn pendant la seconde moitié du 16e s. Après quelques paragraphes d’introduction à l’histoire des xwâǧa de Ǧûybâr, l’A. expose le contenu des documents de vente utilisés pour cette étude, avant d’évoquer la typologie des terrains échangés, et l’identité des vendeurs. Un paragraphe est consacré aux terres « réservées » (ḥarîm), excluant toute forme de propriété privée ou d’usage privé du sol, un autre à l’importance des vergers et des vignes de Juzmandûn, expliquant l’intérêt des Ǧûybârî pour cette localité. Les paragraphes consacrés à l’identité des vendeurs mettent en lumière la diversité sociale de la propriété terrienne : si les dignitaires militaires et les échelons supérieurs de la classe des xwâǧa paraissent sur-représentés parmi les grands propriétaires, les acquisitions effectuées par les Ǧûybârî au sommet de leur puissance ne semblent pas avoir porté de coup fatal à la petite propriété. Le tableau d’ensemble qui ressort de cette étude est celui d’une classe possédante non réduite à tel ou tel groupe social ou professionnel, et encore moins à une famille particulière  la fortune économique et politique des xwâǧa de Ǧûybâr, dans la seconde moitié du 16e s., représentant un cas exceptionnel dans l’histoire de l’oasis de Boukhara à l’époque pré-moderne (McChesney, Robert, « Bukhara’s Suburban Villages: Juzmandūn in the Sixteenth Century », pp. 93-119, 91 notes biblio.).

3Les articles regroupés dans la dernière partie du volume relèvent de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, de l’époque post-mongole à nos jours. Le premier présente une typologie comparative assez sommaire (dont la périodisation est empruntée à Trimingham) des complexes architecturaux liés aux grands ṭuruq de Transoxiane (Yusupova, Maylyuda [Jusupova, Mavluda], « Evolution of Architecture in the Sufi Complexes in Bukhara », pp. 121-132, figs., photos). Suivent une évocation non documentée des ensembles architecturaux suburbains de Boukhara (Sharipov, Nasim, « Suburban Ensembles of Bukhara », pp. 133-138, 1 fig., 2 photos), puis un article de synthèse sur le rôle de deux mazâr boukhares, le mausolée d’Ismâ‘îl le Samanide et, surtout, le mausolée de ‘Arab-Aṭâ, situé à la charnière entre architectures pré-islamique et musulmane (Pugachenkova, G. A., « The Role of Bukhara in the Creation of the Architectural Topology of the former Mausoleums of Mavarannahr », pp. 139-144, 2 figs., 1 photo). Viennent ensuite deux études sur la période moderne et contemporaine : un article sur les bouleversements intervenus pendant les périodes coloniale et soviétique (Gangler, Annette, « Bukhara from the Russian Conquest to the Present », pp. 145-160, 12 ill. et figs.), un autre sur les conceptions en vigueur pendant la période soviétique en matière de gestion du patrimoine achitectural et urbanistique (Azzout, Mounira, « The Soviet Interpretation and Preservation of the Ancient Heritage of Uzbekistan: The Example of Bukhara », pp. 161-173, ill.). L’éditeur de l’ouvrage clôt cette série par une contribution personnelle, richement illustrée, sur les techniques constructives (utilisation du bois et de la brique) dans les monuments d’architecture traditionnelle et coloniale de Boukhara (Petruccioli, Attilio, « An Atlas of Building Elements in the City of Bukhara », pp. 175-181, ill. et fig. en noir). On a placé en fin de volume un texte assez abstrait, mais significatif, qui exprime la vision ouzbèque officielle du patrimoine architectural ancien et de son utilisation politique (Usmanov, Botir, « Revitalization of the Heritage of Uzbekistan », pp. 183-186).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. « Bukhara : The Myth and the Architecture. Theory and Method in Islamic Architectural Design. Proceedings of the International Symposium Held at the MIT, Cambridge (MA), November 1996. Cambridge (MA), Aga Khan Program for Islamic Architecture, 1999, 186 p., ill. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 301, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36702

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page