Navigation – Plan du site
320
Seyyed Morteḍā Āyatollāhzāde Šīrāzī

Baḫš-ī az tafsīr-ī kohan be pārsī, az mo’allef-ī nāšenāḫte (ḥodūd-e qarn-e čahārom-e hejrī). Éd. et introd. de Seyyed Morteḍā Āyatollāhzāde Šīrāzī, préface, notes et index de ‘Alī Ravāqī, Tehrān, Markaz-e Farhangī-e Našr-e Qeble va Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb, 1376/1997, LXVII-344 p., index.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1On sait le grand intérêt linguistique et théologique que présentent les traductions et commentaires anciens en persan du Coran. Voici une nouvelle traduction, quoique bien partielle, fortuitement découverte par l’éditeur de son texte dans le coin d’une mosquée ancienne. S. M. Āyatollāhzāde avait fait part de sa découverte dans un article de 1366/1987. Le manuscrit, en nasḫī bien lisible, ne comporte que le texte arabe des sourates 7 (partiellement) à 16 (partiellement), avec traduction en persan incluant un bref commentaire. Le texte coranique est découpé par versets ou par groupes de quelques versets, sous lesquels le texte persan en reprend les propositions. Le copiste a sûrement disposé de plusieurs copies du texte pour sa version, montrant parfois des hésitations entre ces copies. Le texte d’origine datait de quelques siècles avant lui, mais son travail est bon, puisqu’on le voit copier correctement du persan qui n’est plus le sien. Il s’agit d’un persan comparable à celui des plus anciens Tafsīr-s : soigné, écrit pour être déclamé, rédigé avec une recherche stylistique manifeste et une grande attention à la justesse de sens des mots. Tout montre qu’il s’agit d’un persan du Khorâsân. On trouvera aux pages VII-XIX un relevé des caractères propres à ce persan. Par plusieurs indices, l’éditeur pense que ce Tafsīr est à rapprocher de celui de Meybodī, sauf que son vocabulaire est certainement plus ancien. Contrairement à Meybodī, l’auteur du Tafsīr ne cite que des poètes arabes. Si Meybodī ne dépend pas de ce Tafsīr, du moins a-t-il eu avec lui la même source. Ou bien le texte est-il un chaînon à mettre entre le Tafsīr perdu de Anṣārī, dont Meybodī s’est servi, et celui de Meybodī.

2L’ouvrage comprend aussi une riche introduction du savant ‘Alī Ravāqī (pp. XXXIII-LXVII) : l’étude de ce Tafsīr le conduit à assurer que l’on peut localiser sa langue à Hérat. On y trouve des mots anciens qui ne sont plus dans le Tafsīr de Meybodī (du 6e s./12e s.). ‘Alī Ravāqī procède à une enquête très large pour montrer par les textes connus ce qui fait la spécificité de la langue de Hérat à la haute époque, dont relève manifestement le Tafsīr en question. Puis, en fin de volume (pp. 311-344), ‘Alī Ravāqī donne d’abondants exemples de la façon dont l’auteur inconnu du Tafsīr, aux convictions sunnites bien affirmées, a su faire correspondre aux mots du Coran des mots persans. ‘Alī Ravāqī, on s’en souvient, avait découvert et publié (en 1355/1976, BFI n° 248) une traduction ancienne du Coran en un persan du Fārs, par un auteur inconnu, dont le manuscrit ne comportait la traduction que des sourates 19 à 97. Ce nouveau Tafsīr suscitera sans doute à son tour de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Seyyed Morteḍā Āyatollāhzāde Šīrāzī, « Baḫš-ī az tafsīr-ī kohan be pārsī, az mo’allef-ī nāšenāḫte (ḥodūd-e qarn-e čahārom-e hejrī). Éd. et introd. de Seyyed Morteḍā Āyatollāhzāde Šīrāzī, préface, notes et index de ‘Alī Ravāqī, Tehrān, Markaz-e Farhangī-e Našr-e Qeble va Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb, 1376/1997, LXVII-344 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 320, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36729

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page