Navigation – Plan du site
348
Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm Šahrastānī

Tafsīr. Mafātīḥ al-asrār wa maṣābīḥ al-abrār. Vol. 1, éd. Muḥammad-‘Alī Āḏaršab, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb + Eḥyā’-e Ketāb, Tehrān, 1376/1997, 320 p.

Compte-rendu réalisé par Mohammad Ali Amir-Moezzi

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1Voici l’édition de la première partie des « Clefs des Mystères », le commentaire coranique d’importance fondamentale du célèbre auteur des Milal wa niḥal. On connaissait de cet ouvrage en arabe l’édition fac-similé de l’unicum de Majlis (actuellement l’Assemblée consultative islamique), avec une introduction de ‘Abd al-Ḥusayn Ḥā’irī et des indices de Parvīz Aḏkā’ī, Téhéran, 1989, 864 fol. (Voir à ce sujet l’excellent compte-rendu de G. Monnot, Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 8, 1992). Ce Tafsīr monumental mais incomplet (le manuscrit ne comprend qu’une longue introduction et le commentaire des sourates Fātiḥa et Baqara) va maintenant être édité dans sa totalité par les soins de M. ‘A. Āḏaršab ; ce premier volume contient l’introduction et le commentaire de la Fātiḥa. La longue introduction, en arabe, de l’éditeur, couvrant une centaine de pages, concerne l’époque de Šahrastānī dans ses dimensions politique et culturelle, la vie et l’œuvre de ce dernier et enfin son Tafsīr. C’est une étude dense, documentée, souvent remarquable. Malheureusement aucune allusion n’est faite aux meilleures études occidentales faites sur Šahrastānī (une fois n’est pas coutume) à savoir celles de Daniel Gimaret-Guy Monnot-Jean Jolivet sur les Milal, celles de Guy Monnot sur le Tafsīr et enfin celles de Diane Steigerwald sur la pensée de l’A. d’une manière générale. L’éditeur aurait surtout dû se référer à ces deux dernières séries d’études au cours de la partie où il croit avoir pu démontrer pour la première fois l’ismaélisme caché de Šahrastānī. Chose plus curieuse encore, aucune mention n’est faite non plus de l’édition fac-similé de l’unicum de Majlis. Même silence au sujet de beaucoup d’autres sources, éditions et traductions de notre A. (par ex. les plus importantes éditions et/ou traductions des Milal, l’édition du Kitāb muṣāra‘at al-falāsifa, l’édition du Majlis-i maktūb, l’ouvrage capital de M. R. Jalālī Nā’īnī, Šarḥ-e ḥāl va āṯār-e ḥujjat al-ḥaqq Abū l-Fatḥal-Šahrastānī, Téhéran, 1964, etc.). Deux appendices : 1) traduction en arabe (pour quelle raison ?) du texte persan Majlis-i maktūb de l’A. (là encore l’éditeur semble oublier que la première édition de ce texte important a été faite, de manière admirable, par M. R. Jalālī Nā’īnī dans son ouvrage classique qui vient d’être cité. Par ailleurs, il en existe maintenant une traduction française annotée précédée d’une étude substantielle faite par D. Steigerwald, Majlis. Discours sur l’Ordre et la création, Les Presses de l’Université de Laval, Québec, 1998) [cf. c.r. n° 351]. 2) remarques sur les tables, dressées par Šahrastānī, des sourates coraniques selon l’ordre chronologique de leur révélation. Edition soignée et bibliographie très incomplète. Espérons que dans le second volume de ce travail important, l’éditeur saura mieux profiter des travaux de ses prédécesseurs et se montrer plus reconnaissant envers eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammad Ali Amir-Moezzi. Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm Šahrastānī, « Tafsīr. Mafātīḥ al-asrār wa maṣābīḥ al-abrār. Vol. 1, éd. Muḥammad-‘Alī Āḏaršab, Tehrān, Daftar-e Našr-e Mīrāṯ-e Maktūb + Eḥyā’-e Ketāb, Tehrān, 1376/1997, 320 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 348, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36785

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page