Navigation – Plan du site
362
Françoise Aubin

« Taṣawwuf - 8 - En Chine musulmane ». EI 2, X/169-170, 1999, pp. 362-364, biblio.

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Cette importante notice sur l’islam sinophone (totalement absent de la première édition de l’EI) se subdivise en deux parties distinctes. La première est consacrée au soufisme littéraire : l’A. met en relief le procédé de relecture et de réécriture, sous couvert de traduction, des classiques arabes et persans (reçus en Chine depuis les grands centres religieux d’Asie centrale). Les traducteurs ont transposé en une pensée chinoise acceptable les concepts et notions philosophiques du soufisme, sans jamais rompre pourtant avec l’orthodoxie islamique. La seconde partie, sur le soufisme confrérique, insiste sur le rôle moteur de la Naqšbandiyya de Transoxiane, puis de l’Altichahr, dans l’apparition et le développement des ṭuruq en islam chinois, jusqu’à la scission suscitée au 18e s. par la dichotomie Vieille Religion / Nouvelle Religion. L’article s’achève sur une évocation du fractionnement en petites unités dites men huan des trois grandes ṭuruq présentes en Chine (Naqšbandiyya, Qâdiriyya et Kubrâwiyya) : des entités dont la survie est aujourd’hui menacée à la fois par leurs multiples dissensions, et par les progrès des courants ixwânî (sur ce point, voir notamment les travaux de synthèse de M. Ǧ. Omîdvâr Niyâ : c.r. n° 381).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Françoise Aubin, « « Taṣawwuf - 8 - En Chine musulmane ». EI 2, X/169-170, 1999, pp. 362-364, biblio. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 362, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36811

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page