Navigation – Plan du site
386
Naṣrollāh Pūrjavādī

« Mā be majles-e mehtarān soḫan nagū’īm. Fārsīgū’ī-e ‘Abdollāh Mobārak va adab-e īrānī ». Našr-e Dāneš, 16, 4, (1378/1999), pp. 21-25.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1La phrase qui introduit le titre de l’article est celle que l’on peut lire en persan dans un ouvrage en arabe où est rapporté ce que dit le juriste et soufi malâmati de Marv, ‘Abdollāh Mobārak (118/736-181/797). On sait par exemple aussi que Juneyd s’était étonné de constater (au 3e/9e s.) le respect envers les maîtres soufis auquel Abū Ḥafṣ Ḥaddād Nīšābūrī éduquait ses disciples. Juneyd y voyait une réminiscence des cours sassanides. Abū Ḥafṣ lui expliqua en persan que le respect formel provient du respect intérieur pour les maîtres. Ces phrases répétées anciennement dans leur forme persane, alors que les lettres persanes n’étaient pas nées, montrent aussi l’importance qu’on donna en milieu soufi khorâsânien et transoxianais à l’éducation des formes de respect.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Naṣrollāh Pūrjavādī, « « Mā be majles-e mehtarān soḫan nagū’īm. Fārsīgū’ī-e ‘Abdollāh Mobārak va adab-e īrānī ». Našr-e Dāneš, 16, 4, (1378/1999), pp. 21-25. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 386, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36853

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page