Navigation – Plan du site
398
Aḥmad Ṭāherī ‘Erāqī

« Abū Sa‘d Ḫargūšī Nīšābūrī », Ma‘āref, 15, 3, (1377/1999), pp. 5-33.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Sur l’insistance de Naṣrollāh Pūrjavādī, la veuve du regretté Aḥmad Ṭāherī a retrouvé dans les archives de celui-ci l’article fondamental dans lequel il avait condensé le résultat de ses recherches de longues années sur Ḫargūšī. D’où cette publication, qui fait apparaître l’importance d’un maître de Nīšāpūr au 4e/10e s. Ḫargūšī était le nom de sa rue à Nīšāpūr, où était son ḫāneqāh. Son titre de zāhed, ascète, était donné fréquemment de son temps. Né après 321/933, il étudia à la métropole du savoir qu’était alors Nīšāpūr, puis il fit deux fois le Pélerinage et voyagea donc longuement, fréquentant surtout les traditionnistes. Rentré à Nīšāpūr, il devint un enseignant influent, un fondateur d’hôpital, d’école, de bibliothèque. Ash’arite et shâfe’ite, il participa aux débuts de la lutte que l’on sait dans la ville. Il mourut au plus tard en 407/1016. Sa tombe fut longuement vénérée et les auteurs qui ont écrit sur lui sont nombreux. Trois de ses écrits nous sont parvenus : Šaraf al-Nabī, Tahḏīb al-asrār et al-Bašārat wa’l-naẓārat. Le deuxième, de soufisme, est donc antérieur à l’ouvrage de Sullamī (ob. 412/1021) ; le troisième est une interprétation des songes, en 58 chapitres, fondée par référence au Coran, à la Tradition et aux dits des ‘anciens’. Šaraf al-Nabī est un livre de sīrat, principalement sur les vertus éminentes du Prophète. Il semble être le condensé d’un livre plus large, et destiné à l’usage des prédicateurs, ce qui explique sa large diffusion. Aux pp. 27-33, l’auteur compare les données différentes contenues dans les trois mss. arabes et le ms. de la traduction persane de l’ouvrage. Voir dans le présent volume l’article de N. Pūrjavādī sur un autre ouvrage de Ḫargūšī, qui sort ainsi de l’ombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Aḥmad Ṭāherī ‘Erāqī, « « Abū Sa‘d Ḫargūšī Nīšābūrī », Ma‘āref, 15, 3, (1377/1999), pp. 5-33. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 398, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36872

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page