Navigation – Plan du site
399
Masataka Takeshita

« Tadāvom va taḥavvol dar taṣavvof-e ‘āšeqāne-ye Šīrāz : moqāyese-ye ‘Aṭf al-alef-e Deylamī va ‘Abhar al-‘āšeqīn-e Rūzbehān Baqlī ». Traduit du japonais par Šahrzād Nīknām, Ma‘āref, 16, 1, (1378/1999), pp. 31-49.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1On sait que Rūzbehān n’a pas dépendu de la tradition soufie issue de Aḥmad Ġazzālī, celle du soufisme « amoureux ». Pourtant, son ‘Abhar, sur les Fidèles d’amour, où est affirmé que l’amour humain conduit à l’amour de Dieu, a des ressemblances avec l’ouvrage de Abu’l-Ḥasan al-Daylamī, soufi de tendance « amoureuse », auteur du ‘Aṭf al-alif (en arabe), écrit au milieu du 4e h./10e s. Daylamī fut disciple d’Ibn Ḫafīf, soufi de Shiraz, dont il écrivit les aḥvāl. Mais Daylamī a été occulté à cause de son penchant pour l’école hallâjienne. Or Ibn Ḫafīf, maître de Daylamī, a été le premier à écrire les paroles de Ḥallāj (voir Massignon, Opera Minora, vol. 2, p. 229). Rūzbehān n’a pas mentionné le livre de Daylamī mais l’a sûrement utilisé. M. Takeshita reprend la comparaison ébauchée avant lui, mais avec précision. D’où il ressort qu’un quart de l’œuvre de Ibn Ḫafīf se retrouve dans celle de Rūzbehān. Mais le traitement de leur sujet est différent. Ibn Ḫafīf est plus sensible à la philosophie et aux expressions humaines de l’amour. Rūzbehān est plus poétique et plus strictement soufi. Mais tous deux sont profondément hallâjiens, l’un plus hellénistique, l’autre plus proche de l’expérience. De toute manière, tous deux témoignent d’une tradition du soufisme « amoureux » (taṣavvof-e ‘āšeqāne), hallâjien de Shiraz, différent de la tradition qui va de Aḥmad Ġazzālī à Ibn ‘Arabī.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Masataka Takeshita, « « Tadāvom va taḥavvol dar taṣavvof-e ‘āšeqāne-ye Šīrāz : moqāyese-ye ‘Aṭf al-alef-e Deylamī va ‘Abhar al-‘āšeqīn-e Rūzbehān Baqlī ». Traduit du japonais par Šahrzād Nīknām, Ma‘āref, 16, 1, (1378/1999), pp. 31-49. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 399, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36875

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page