Navigation – Plan du site
405
al-Ḥakīm al-Ilāhī al-‘Allāmat al-Sayyid Aḥmad al-‘Alawī al-‘Āmilī

Šarḥ al-Qabasât al-Mu‘allim al-Ṯāliṯ al-Mīr Muḥammad Bāqir al-Dāmād. Taḥqīq-e Ḥāmed Nājī Eṣfahānī, bā moqaddame-ye fārsī va engelīsī-e doktor Mehdī Moḥaqqeq / Sharh al-Qabasât. A commentary on Mîr Dâmâd’s K. al-Qabasât, by Mîr Seyyed Ahmad ‘Alavi. Edited by Hâmed Nâjî Isfahânî, with Persian and English introductions by M. Mohaghegh. Institute of Islamic Studies - University of Tehran, Tehran, Iran / International Institute of Islamic Thought and Civilisation, Kuala Lumpur, Malaysia, Tehrān, 1376/1997, VI-747-19 (anglais) p., facsim. (Islamic Thought & Sciences, n° 27).

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Rubriques :

9. Philosophie
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage des Qabasāt, écrit à la fin de sa vie par Mīr Dāmād (ob. 1051/1641), est un ouvrage de philosophie islamique qui couronne son œuvre et traite de plusieurs sujets. Il a suscité deux commentaires importants, le premier étant celui édité ici, l’autre est d’un disciple de Mollā Ṣadrā. Il a été l’objet aussi de nombreuses notes. La grande question traitée, que résume Mehdī Moḥaqqeq (pp. 29 à 59), est celle des ḥudūṯ dahrī, « coming into being through perpetual duration » (M. Moḥaqqeq), le problème de la prééernité et de la contingence du monde. Mīr Seyyed Aḥmad ‘Alavī est mort à Ispahan entre 1054/1644 et 1060/1650. Il a été disciple de Mīr Dāmād et de Šeyḫ Bahā’ī. On connaît de lui quarante-huit écrits et traités variés. Ce commentaire des Qabasāt lui a été demandé par Mīr Dāmād lui-même et il l’a achevé après la mort de celui-ci. Il s’agit plutôt d’une annotation au texte, avec recours aux notes de Mīr Dāmād, et à des explications de termes et d’expressions. L’édition est fondée sur trois bons manuscrits. Le texte du commentaire est aux pages 87-706. L’introduction de Mehdī Moḥaqqeq développe l’idée que le sunnisme a été incapable de durer en philosophie parce qu’il partait d’une traduction mal faite des Grecs par des chrétiens qui ignoraient le grec. Prenant la voie de la ḥikma à partir du Coran et s’inspirant aussi de la pensée grecque de la sagesse, le shi’isme, lui, a su entretenir la recherche sur les grands sujets de la philosophie, tel que celui traité dans les Qabasāt. Pour Mīr Dāmād, on ne peut imaginer un temps entre l’éternité où Dieu existe seul avant la création, et un temps où Dieu est avec la création. Puisque le temps implique la création, il implique donc au moins une existence imaginaire de la création. Au contraire, pour Mīr Dāmād, au niveau de la « perpétuelle durée », il y a une actuelle non-existence, qui a précédé l’existence du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. al-Ḥakīm al-Ilāhī al-‘Allāmat al-Sayyid Aḥmad al-‘Alawī al-‘Āmilī, « Šarḥ al-Qabasât al-Mu‘allim al-Ṯāliṯ al-Mīr Muḥammad Bāqir al-Dāmād. Taḥqīq-e Ḥāmed Nājī Eṣfahānī, bā moqaddame-ye fārsī va engelīsī-e doktor Mehdī Moḥaqqeq / Sharh al-Qabasât. A commentary on Mîr Dâmâd’s K. al-Qabasât, by Mîr Seyyed Ahmad ‘Alavi. Edited by Hâmed Nâjî Isfahânî, with Persian and English introductions by M. Mohaghegh. Institute of Islamic Studies - University of Tehran, Tehran, Iran / International Institute of Islamic Thought and Civilisation, Kuala Lumpur, Malaysia, Tehrān, 1376/1997, VI-747-19 (anglais) p., facsim. (Islamic Thought & Sciences, n° 27). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 405, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36886

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page