Navigation – Plan du site
434
Eskandar Fīrūz

Ḥayāt-e vaḥš-e Īrān. Mohre-dārān. Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī [Presses Universitaires d’Iran], 1378 [1999], VI-491 p. [Faune sauvage d’Iran. Vertébrés]

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Texte intégral

1Dans cette présentation systématique des vertébrés sauvages d’Iran (poissons, batraciens, reptiles, oiseaux, mammifères), 1054 espèces, représentant 164 familles, sont décrites, dont 208 avec une illustration en couleurs. L’ouvrage comprend également un exposé sur la répartition géographique de cette faune et un autre sur sa protection, dans laquelle l’A. joua un rôle non négligeable jusqu’en 1977. Il est complété par trois index : des noms d’animaux en persan, des noms scientifiques et des noms en anglais.

2Quelques lacunes ou insuffisances sont toutefois à déplorer :

3 les eaux du golfe Persique et même du fleuve Kārūn (au moins jusqu’à Ahvāz) contiennent bien d’autres espèces de requins que le seul Carcharhinus leucas mentionné ici ;

4 si le lion persan sans crinière (Panthera leo persica)  le dernier aurait été tué dans le Zâgros en 1942  et le tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata)  voir à Azarpay (n° 432)  donnent lieu à d’assez longs développements, aucune mention n’est faite de l’once ou panthère des neiges (Panthera uncia) dont la présence est attestée par de nombreux indices et témoignages (palang-e kūhī) dans le Zâgros central et les montagnes de la frontière du Turkménistan ;

5 rien n’est dit du curieux problème posé par la progression très récente du rat gris (Rattus norvegicus) sur le plateau intérieur iranien ;

6 n’est pas évoquée non plus l’énigme du « poney [des forêts] de la Caspienne » : spécimen autochtone du genre Equus ou cheval « marron » (c’est-à-dire domestique retourné à l’état sauvage) ? ;

7 plusieurs taxons sont contestables : Otocolobus manul pour le chat de Pallas (Felis manul), Caracal caracal pour le caracal (Lynx caracal) ;

8 enfin, la bibliographie, qui comporte 92 titres, ne mentionne pas la fondamentale Analyse zoogéographique des Mammifères de l’Iran par Xavier Misonne (Bruxelles, Institut royal des sciences naturelles de Belgique, 1959).

9Le livre d’E. Firouz constitue néanmoins une bonne introduction, agréablement présentée et illustrée, à la connaissance générale de la riche faune sauvage d’Iran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Eskandar Fīrūz, « Ḥayāt-e vaḥš-e Īrān. Mohre-dārān. Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī [Presses Universitaires d’Iran], 1378 [1999], VI-491 p. [Faune sauvage d’Iran. Vertébrés] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 434, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36946

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page