Navigation – Plan du site
443
Colette Juillard-Beaudan

« Arthur de Gobineau et la Perse : petite géographie sentimentale ». Les Cahiers de l’Orient, n° 49, (1998), pp. 141-145.

Compte-rendu réalisé par Florence Hellot

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude de trois nouvelles tirées des Nouvelles Asiatiques du comte Arthur de Gobineau est attrayante et originale et on aimerait la voir développée plus longuement. Colette Juillard-Beaudan nous fait pénétrer dans l’univers de ces nouvelles à l’aide de ses compétences en littérature. Elle est amenée à scruter l’arrière-plan persan, réel ou imaginaire, qui a inspiré le comte de Gobineau. L’arrière-plan historique, un peu différent de ce qui est avancé ici, éclaire son cheminement et son œuvre. Gobineau, secrétaire de l’ambassade de M. Bourée en 1855, est demeuré à Téhéran comme chargé d’affaires d’octobre 1856 à janvier 1858. Il est alors fasciné par la Perse. En janvier 1862 il revient à Téhéran comme ministre de France, mais son engouement pour la Perse s’est affaibli ; son esprit embrasse les horizons plus vastes des mythes et religions de l’Asie centrale, et il quitte Téhéran, sans regret, en janvier 1863.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Hellot. Colette Juillard-Beaudan, « « Arthur de Gobineau et la Perse : petite géographie sentimentale ». Les Cahiers de l’Orient, n° 49, (1998), pp. 141-145. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 443, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36960

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page