Navigation – Plan du site
451
Esmā‘īl Sa‘ādat

« ‘Rā’-ye ba‘d az ‘yā’-ye nakare ». Našr-e Dāneš, 16, 1 (1378/1999), pp. 17-26.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Sur l’emploi ou l’absence du morphème -rā marquant un complément direct indéfini, selon que l’action du verbe régit un nom d’être animé, ou inanimé, ou peut régir un nom d’animé ou d’inanimé, comme le verbe « voir ». L’intérêt de l’article est dans les exemples donnés, en particulier dans le cas des verbes composés. Ex. : sarbāzān-e došman-e šahr masjedī-rā arāb kardand / mardom-e mosalmān-e šahr masjedī banā kardand. -rā affecte un être déjà existant, dans le premier exemple, ce qui n’est pas le cas dans la deuxième proposition. L’auteur montre en particulier qu’en poésie, mais en prose aussi, on constate la tendance, avec le temps, à omettre régulièrement la particule -rā après yā-ye nakare (marque de l’indéfinition), quand -rā serait attendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Esmā‘īl Sa‘ādat, « « ‘Rā’-ye ba‘d az ‘yā’-ye nakare ». Našr-e Dāneš, 16, 1 (1378/1999), pp. 17-26. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 451, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/36971

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page