Navigation – Plan du site
465
Anna Livia Beelaert

« Alexandre dans le discours sur les âges de la vie dans l’Iskandar-nâmâ de Nizâmî », in : Laurence Harf-Lancner, Claire Kappler et François Suard, éds., Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales. Actes du Colloque de Paris, 27-29 nov. 1997, Université Paris X - Nanterre, 1999, pp. 243-252.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1L’auteur prête attention à une mesure du temps importante et prend pour ce faire le cas de Nézâmi, qui a suivi la tradition scientifique de son époque. Il a fait mourir Alexandre à 35 ans, cinq fois sept (7, 14, 21, 28, 35 ans), l’âge du milieu de la vie, quand ont été parcourues la période de l’enfance et celle de la jeunesse. Ce « milieu » est le début de la maturité qui mène à l’âge de la maturité spirituelle accomplie, soit 49 ans (7 x 7). Ainsi, Alexandre meurt « jeune », certes (il meurt même avant sa mère), mais il meurt une fois son destin accompli : « il connaît la mort de quelqu’un qui a vécu une vie complète, mais dans un délai court ». Un article bien suggestif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Anna Livia Beelaert, « « Alexandre dans le discours sur les âges de la vie dans l’Iskandar-nâmâ de Nizâmî », in : Laurence Harf-Lancner, Claire Kappler et François Suard, éds., Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales. Actes du Colloque de Paris, 27-29 nov. 1997, Université Paris X - Nanterre, 1999, pp. 243-252. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 465, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37000

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page