Navigation – Plan du site
468
Moṣṭafā Ḏākerī

« Sa‘dī rā daryābīd. Nokte-hā’ī dar ḍarūrat-e taḥqīq va taṣḥīḥ-e Kolliyyāt-e Sa‘dī ». Našr-e Dāneš, 16, 3 (1378/1999), pp. 5-13.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Malgré toutes les éditions déjà faites, surtout celle de Forūġī, on manque encore d’une édition critique des œuvres de Sa‘dī ! En 734/1333, ‘Alī b. Aḥmad b. Abī Bakr Bīsotūn (ou Baṭūnī) a écrit une introduction au Dīvān de Sa‘dī, qu’il tient pour divisé en 23 parties, soit 7 épîtres (resāle) et 16 livres. Parmi les sept épîtres, l’une, nommée Majāles-e hazal (Séances de plaisanteries), a été jointe par lui aux Moṭāyebāt (les Facéties), en fin de l’œuvre, ce qui réduisit les parties à vingt-deux. On appelle l’ensemble aujourd’hui les Kolliyyāt. Avec l’introduction de Bīsotūn, les Kolliyyāt sont composées réellement de 24 écrits (énumération p. 7). En fait, il semble bien, en ce qui concerne les ġazal-s, que Sa‘dī ait composé quatre cahiers, l’un après l’autre, nommés Ṭayyebāt, Badāye‘, Ḫavātīm et Ġazaliyyāt-e qadīm. Mais les copistes ont ensuite changé l’ordre des œuvres à leur convenance. Forūġī, lui, a divisé les ġazal-s selon le contenu : ġazal-s amoureux et ġazal-s mystiques et de conseil, à l’exclusion des autres. Tandis que Ḥasan Mīr-Ḫānī a gardé la répartition des ġazal-s de Sa‘dī. Ajouter à cela que la plupart des manuscrits des Kolliyyāt sont incomplets. L’œuvre poétique de Sa‘dī comprend au total un peu plus de 18 000 beyt-s, dont 1205 en arabe. Parmi les nombreuses éditions des Kolliyyāt, en Inde et en Iran, trois méritent l’attention car elles restent accessibles. 1) L’édition par Ḥasan b. Seyyed Mortaḍā Ḫošnevīs Mīr-Ḫānī, en 1369/1328/1959. Elle est fondée sur de bons manuscrits, mais n’est pas critique. Les choix de l’éditeur sont pourtant bien faits. 2) L’édition de Mīrzā Moḥammad-Taqī Faṣīḥ al-Molk Šīrāzī Šūrīde (ob. 1305/1926) est celle d’un aveugle, aidé de Maḥmūd b. ‘Alī-Naqī Šīrāzī, qui fit assembler d’excellentes copies et composa avec un grand goût poétique les Kolliyyāt (analyse pp. 9-11). 3) L’édition de Forūġī (ob. 1321/1942) est le dernier effort d’une édition critique de la totalité de l’œuvre de Sa‘dī, en quatre volumes, parus entre 1316/1937 et 1320/1941 (sauf les Ṭayyebāt et les Ġazaliyyāt...). Deux rééditions, en un volume, de ce travail n’ont rien apporté de nouveau, sauf un index des beyt-s dans l’édition de B. Ḫorramšāhī (relevé des fautes pp. 12-13). À suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Moṣṭafā Ḏākerī, « « Sa‘dī rā daryābīd. Nokte-hā’ī dar ḍarūrat-e taḥqīq va taṣḥīḥ-e Kolliyyāt-e Sa‘dī ». Našr-e Dāneš, 16, 3 (1378/1999), pp. 5-13. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 468, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37004

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page