Navigation – Plan du site
469
Moṣṭafā Ḏākerī

« Šegerd-hā-ye nā-ma’lūf dar še‘r-e Sa‘dī ». Našr-e Dāneš, 16, 2 (1378/1998), pp. 16-24.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Étude de deux figures poétiques : 1) eqḥām, bien connue en arabe, rare en persan, mais réelle chez les familiers de l’arabe, ainsi Sa‘dī et Ḥāfeẓ. Il s’agit de l’insertion dans un syntagme continu, comme un substantif et son adjectif épithète, d’un élément étranger venant y faire sens. 2) edrāj : un mot est coupé, à la jonction du premier meṣrā‘ et du deuxième d’un même beyt. C’est une figure propre à l’arabe, mais qui a été parfois pratiquée aussi en persan, par Sa‘dī par exemple. En persan, on appelle taḍmīn l’insertion de beyt-s d’un autre poète par un poète. On l’appelle aussi taḫmīs, si à chaque beyt d’un autre poète, le poète ajoute trois meṣrā‘ de lui-même. Sa‘dī et Ḥāfeẓ ont employé le taḍmīn, en empruntant (Ḥāfeẓ) un beyt à Kamāl al-Dīn Esma‘īl Eṣfahānī. Mais en arabe, il existe une autre sorte de taḍmīn, examinée par l’auteur, ainsi que les figures proches que sont le taṣrī‘ et l’ejāze, le tamlīṭ (sur quoi voir al-Mo‘jam de Šams Qeys et surtout les Badāye‘ al-afkār de Vā‘eẓ Kāšefī), où l’on voit que la poésie persane, frottée à l’arabe à partir du 7e/13e s., ne peut être éditée sans une attention correcte à ces figures recherchées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Moṣṭafā Ḏākerī, « « Šegerd-hā-ye nā-ma’lūf dar še‘r-e Sa‘dī ». Našr-e Dāneš, 16, 2 (1378/1998), pp. 16-24. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 469, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37005

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page