Navigation – Plan du site
497
Mehdī Nūriyān

« Noḫostīn-e fekrat, pasīn-e šomār ». Našr-e Dāneš, 16, 3 (1378/1999), pp. 29-35.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Les premiers beyt-s du Šāhnāme sont de ceux qui portent une charge essentielle de la pensée de Ferdowsī. La difficulté est que, dans les douze premiers beyt-s, il y a, par exemple dans l’édition de Ḫāleqī-Moṭlaq, 32 points de divergence de lecture, selon les douze manuscrits les plus anciens. L’important est le « Discours sur la création de l’homme » : to-rā az do gītī bar-āvarde-and / be čandīn miyānjī be-parvarde-and // noḫostīn-e feṭrat pasīn-e šomār / to’ī ḫvī·tan-rā be bāzī madār. Fekrat est la lecture choisie par Ḫāleqī-Moṭlaq, au lieu de la lecture longtemps devenue courante : feṭrat, qui a embarrassé beaucoup de commentateurs. Ni la méthode du choix par le goût (ainsi Mohl), ni celle par la préférence pour la version la plus ancienne (ainsi l’édition de Moscou) ne donnent de résultat satisfaisant. Une autre méthode est de recourir au contexte : celui de Ferdowsī même et celui des auteurs de son temps, pour y trouver des concordances. Repoussant les essais de Bāqer Parhām, inspirés de principes tirés de Michel Foucault, l’auteur examine le choix qui porte Ḫāleqī-Moṭlaq en faveur de la lecture du célèbre manuscrit de Florence daté de 614/1217 (noḫostīnat fekrat pasīnat šomār), comprise comme « on t’a placé comme le but de toute la création, par deux moyens, l’un est la sagesse (fekrat) et l’autre le compte de tes actes au Jour du Jugement ». Mais, šomār n’a jamais ce sens dans les textes anciens, employé seul. L’auteur propose de lire le fameux beyt à la lumière du principe philosophique élémentaire qu’un acte est d’abord pensé, puis mis en acte. Ce qui entraîne l’auteur à lire fekrat au lieu de feṭrat et de comprendre : « tu es le premier auquel Dieu a pensé et le dernier qu’Il a mis en acte, une fois mis en place tous les moyen-termes de la création ». À ce choix, il apporte des témoignages de Neẓāmī, du Kelīle va Demne de Naṣrollāh Monšī, de Sanā’ī, de Mowlavī et d’autres, dans lesquels on voit repris le célèbre beyt de Ferdowsī dans le sens indiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Mehdī Nūriyān, « « Noḫostīn-e fekrat, pasīn-e šomār ». Našr-e Dāneš, 16, 3 (1378/1999), pp. 29-35. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 497, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37048

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page