Navigation – Plan du site
498
Maḥmūd Omīdsālār

« Ta’ammolāt-ī pīrāmūn-e sāde-engārī ». Majalle-ye Īrānšenāsī, 11, 1 (1999), pp. 146-157.

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Texte intégral

1L’A. expose d’abord le peu de changement qu’a connu la langue persane depuis mille ans en comparaison de certaines langues européennes, le Šāhnāme de Ferdowsī restant ainsi accessible au lecteur contemporain malgré l’évolution importante du sens de nombreux mots. Il s’attache ensuite à montrer que des termes tels goftan, šenīdan, rāvī, ravāyat, ḫabar, aḫbār, samar, qu’on peut relever dans le Šāhnāme comme ailleurs dans la poésie classique, ne prouvent pas nécessairement que la tradition orale soit à l’origine de ces œuvres. On les rencontre dans des textes anciens issus de la tradition écrite, et ils peuvent se rapporter à des écrits qui ont été lus devant l’auteur, lequel réfère néanmoins à un « narrateur » (rāvī) et à ses « paroles » (goftār). Abū Manṣūr, dans l’introduction à son Šāhnāme, écrit avoir « entendu » telle ou telle chose dans les ouvrages de Ibn al-Muqaffa‘ et Ḥamze Eṣfahānī. Entendre peut donc signifier lire, et la personne citée comme source n’est pas non plus obligatoirement celle dont l’auteur tient directement ses connaissances. Rāvī peut encore désigner un homme dont le métier consiste à prêter ses talents à la récitation, en public, de vers appris par cœur  à partir d’une source écrite. En conclusion, l’A. souligne la motivation qui a présidé à la rédaction de cet article : mettre en garde le jeune chercheur contre une interprétation trop rapide de tels termes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. Maḥmūd Omīdsālār, « « Ta’ammolāt-ī pīrāmūn-e sāde-engārī ». Majalle-ye Īrānšenāsī, 11, 1 (1999), pp. 146-157. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 498, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37049

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page