Navigation – Plan du site
507
‘Alī-Ašraf Ṣādeqī

« Bād-e šorṭe ». Našr-e Dāneš, 16, 1 (1378/1999), pp. 48-55.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Ce syntagme, que l’on traduit habituellement par « vent propice », est bien connu par le célèbre ġazal de Ḥāfeẓ (Dīvān, éd. Ḫānlarī, 5, 2). Un article de Qazvīnī qui fit date, repris par tous les commentateurs du poème, paru en 1326/1947, avait indiqué l’origine du mot šorṭe, un terme de marins qui naviguaient entre Golfe Persique et Océan Indien. L’auteur du présent article a pu amasser assez de témoignages pour montrer que le terme en question existait sûrement à l’époque sassanide, repris dans des textes arabes du 4e h./10e s., existant encore récemment dans des dialectes proches du lārī, le komzārī spécialement. Il est attesté là sous la forme šartaġ, où l’on reconnaît une dérivation du moyen-perse šartag, qui donne en persan šartah (où [ah] n’est représenté graphiquement que par hā-ye āḫar). Parmi certains des textes arabes les plus anciens, le mot est écrit šartā, ce qui s’explique par la position finale de l’accent, qui entraîne l’allongement de la voyelle de la syllabe finale. L’auteur donne des exemples de faits semblables dans des mots moyen-perse passés en arabe, comme Ā’īn-nāmāh. Šartā dérive donc de šartah ; en poésie persane, on trouve cet allongement final quand le mètre l’exige, ainsi chez Sa‘dī encore. Les dictionnaires anciens ont toujours vocalisé en /a/ la voyelle de la première syllabe, šartah. D’où vient la prononciation plus récente en šorṭa ? Et d’où vient l’écriture avec la lettre ṭā au lieu de te ? De l’Inde pour la première ? De l’assimilation au mot arabe bien connu pour l’autre ? Si, en dialecte, le mot a pu prendre le sens d’ouragan, l’ensemble des occurrences montrent que le sens courant est celui d’un vent modérément soutenu, voire calmé après l’ouragan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. ‘Alī-Ašraf Ṣādeqī, « « Bād-e šorṭe ». Našr-e Dāneš, 16, 1 (1378/1999), pp. 48-55. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 507, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37062

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page