Navigation – Plan du site
526
Manṣūre Šarīfzāde

Bīst dāstān az bīst nevīsande zan-e īrānī. Manṣūre Šarīfzāde, éd., Tehrān, Negāh-e sabz, 1378/1999, 283 p. [Vingt nouvelles par vingt femmes écrivains d’Iran]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Réunies par Manṣūre Šarīfzāde, elle-même écrivain. On retrouve un court texte d’elle dans Haft zan haft dāstān (Tehrān, Rāhiyān-e andīše, cf. c.r. n°540). Conformément à ce que déclare l’éditeur dans sa brève préface, ce n’est ni la première ni la seule initiative pour faire connaître les femmes écrivains d’Iran. Pour preuve, le recueil cité ci-dessus, sans compter celles citées dans des anthologies générales. Des sept femmes, trois se retrouvent ici. Les femmes iraniennes sont, depuis la révolution de 1978, très actives dans le domaine littéraire. Hormis Sīmīn Dānešvar, la doyenne, la quasi totalité de ces femmes a entre vingt et trente ans quand éclate la révolution. « L’écriture féminine » en Iran est donc très largement un phénomène post-révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Manṣūre Šarīfzāde, « Bīst dāstān az bīst nevīsande zan-e īrānī. Manṣūre Šarīfzāde, éd., Tehrān, Negāh-e sabz, 1378/1999, 283 p. [Vingt nouvelles par vingt femmes écrivains d’Iran] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 526, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37095

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page