Navigation – Plan du site
556
Javād Mojābī

Šenāḫtnāme-ye Sā‘edī. Tehrān, Našr-e Ātiye, 1378/1999, 603 p. [Connaissance de Sā‘edī]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Précieux ouvrage pour la connaissance de la vie et de l’œuvre de Ġolām-Ḥoseyn Sā‘edī. Javād Mojābī, romancier, essayiste et journaliste réunit en un épais volume une abondante documentation sur des écrivains iraniens majeurs de ce siècle. Né à Tabriz en 1935 et mort à Paris en 1985 (il est enterré au cimetière du Père Lachaise), Sā‘edī, ou Gowhar-e Morād, de son nom de plume, a marqué la littérature persane moderne d’un ton mordant et satirique. D’une imagination puissante, d’un sens aigu du réel, Sā‘edī, médecin psychiatre de formation, a plus qu’un autre analysé, mesuré, décrit la dépression et les peurs de la société iranienne sous le règne de Moḥammad-Reḍā Pahlavī. Il assista, impuissant, aux bouleverse-ments socio-politiques des années 80. Exilé à Paris, il y meurt désespéré, à un âge où il pouvait espérer exprimer le plus fort de son génie. Il a laissé néanmoins derrière lui une œuvre impressionnante : sept recueils de nouvelles imprimés de son vivant plus une vingtaine d’autres titres disséminés dans des revues littéraires ou encore inédits ; trente-cinq pièces de théâtre (dont certaines inédites) ; sept romans (deux seulement sont édités) ; neuf scénarios de films ; quatre récits pour enfants ; trois traductions et cinq monographies. Sā‘edī a été traduit en français, italien, anglais, allemand et autres langues européennes. Il est encore trop peu connu, malgré son engagement politique contre le régime impérial et le régime suivant. L’ouvrage de Mojābī fait le point avec science et conscience sur cette œuvre magnifique et ce destin douloureux mais grand. Il étudie en détail les divers aspects de cette œuvre, donne une biographie et une bibliographie exhaustives. Suivent des extraits de la correspondance de Sā‘edī ainsi qu’une centaine de pages d’articles consacrés à Sā‘edī par les intellectuels et critiques iraniens (d’Iran et d’ailleurs), articles anciens comme ceux d’Āl-e Aḥmad ou Nāṭeq, ou plus récents comme celui de Sarkūhī.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Javād Mojābī, « Šenāḫtnāme-ye Sā‘edī. Tehrān, Našr-e Ātiye, 1378/1999, 603 p. [Connaissance de Sā‘edī] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 556, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37151

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page