Navigation – Plan du site
567
Abolqāsem Rādfar

« Negāhī goḏarā bar fa‘āliyyat-hā-ye bānovān-e dāstān-nevīs dar do dahe-ye aḫīr ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 51, (été-automne 1378/1999), pp. 40-49. [Un regard sur les activités des femmes écrivains dans les deux dernières décennies]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’irruption des femmes dans le monde des lettres, certes, n’est pas un phénomène en-tièrement lié à la révolution islamique d’Iran. Pourtant, hormis quelques femmes de grand talent comme Sīmīn Dānešvar, Golī Taraqqī ou Šahrnūš Pārsīpūr, la plupart des femmes écrivains se font connaître après la révolution. L’A. fait une revue de ces romancières et nouvellistes en les classant en trois catégories : celles qui ont commencé leur œuvre avant la révolution et ont abandonné l’écriture pour d’autres activités ; celles qui ont commencé leur œuvre avant la révolution et qui l’ont poursuivie ensuite ; celles qui l’ont commencé avec la révolution et la poursuivent. L’A. s’attache ici principalement aux deux dernières catégo-ries. La première comprend les noms de Sīmīn Dānešvar, Golī Taraqqī ou Šahrnūš Pārsīpūr, Ġazāle ‘Alīzāde. La deuxième comprend les noms suivants : Monīrū Ravānīpūr, Farḫonde Āqā’ī, Pūrān Farroḫzād, Parī Ṣāberī, Kobrā Sa‘īdī, Mahīn Dānešvar, Farīde Rahnemā, Rāḍiye Tojjār, Nāhīd Ṭabāṭabā’ī, Maryam Jamšīdī, Manīže Ārmīn, Ma‘ṣūme Aṣġarī, Manṣūre Šarīfzāde, Mahīn Afḫam Rasūlī, Žīlā Badaḫšānī, Šīrīn Barmar, Zoyā Pīrzād, Farībā Vafā, Zohre Ḥātamī, Royā Šāpūriyān, Ma‘ṣūme Sādāt-Torābiyān, Banafše Ḥejāzī, Ḫāṭere Ḥejāzī, Mehrī Ḥeydarzāde, Malake Baqā’ī, Šīrīn Banīṣadr, Fahīme Ḫodādūst, Zahrā Zavvāriyān, Marḍiyye Dānešzāde, Rūḥangīz Šarīfiyān, Ma‘ṣūme ‘Alaviyān, Ansiye Šāh-Ḥoseynī, Farīde Golbū, Māhmonīr Hormozī, Ma‘ṣūme Kiyūmarṯī, Mahīn Matālle, Ma‘ṣūme Malekzāde, Ferešte Mowlavī, Forūġ Mīr-Moḥammad-Ṣādeqī, Mahdoḫt Kaškūlī, Sūsan Ṭāqdīs, Šokūh Qāsemniyā, Šokūfe Taqī, Farībā Kalhor, Afsāne Ša‘bān-Nežād. Pour chacune d’elles, l’A. donne la date et le lieur de naissance ainsi qu’une brève bibliographie. La liste n’étant pas exhaustive, cela donne une idée de l’explosion de l’écriture féminine en Iran après la révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Abolqāsem Rādfar, « « Negāhī goḏarā bar fa‘āliyyat-hā-ye bānovān-e dāstān-nevīs dar do dahe-ye aḫīr ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 51, (été-automne 1378/1999), pp. 40-49. [Un regard sur les activités des femmes écrivains dans les deux dernières décennies] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 567, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37165

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page