Navigation – Plan du site
643
Erika Friedl

Children of Deh Koh: Young Life in an Iranian Village. Syracuse (N.Y.), Syracuse University Press, 1997, XXI-306 p.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Après Women of Deh Koh: Life in an Iranian Village (Washington, Smithsonian Institution Press, 1989 ; voir Abs. Ir., 13, 1990 : 417), voici, du même auteur et dans la même veine, un livre sur l’enfance et la jeunesse dans le même gros bourg tribal et agricole du Boyr-Aḥmadī, désigné sous le nom fictif de Deh Koh et dont la moitié de la population est âgée de moins de quinze ans.

2La matière de l’ouvrage, recueillie au cours de plusieurs séjours sur le terrain effectués entre 1965 et 1994, est présentée sous une trentaine de thèmes et/ou de périodes du cycle de vie : la grossesse, la naissance, le choix des prénoms, les soins au nouveau-né, la vie du jeune enfant, sa santé, les différences de traitement entre garçons et filles, les termes d’adresse et de référence aux parents et aux adultes, l’apprentissage de la langue (ici le lorī ), les valeurs enseignées aux enfants, les jeux, la littérature enfantine, la scolarisation (notamment en tant que vecteur d’acculturation), les rapports entre filles et garçons avant le mariage, les aspirations des jeunes adultes.

3Si les jeunes de Deh Koh paraissent à l’abri des dangers qui guettent leurs homologues occidentaux (drogue, etc.), en revanche leur vie est à l’évidence infiniment moins confortable que celle de ces derniers, en particulier pour les filles. À Deh Koh, la hiérarchie sociale étant d’abord déterminée par l’âge et par le sexe, les adultes sont supérieurs aux enfants et les hommes supérieurs aux femmes  d’où le statut doublement inférieur des fillettes. À celles-ci, il reste l’intelligence des autres, qui est le véritable pouvoir des faibles. Elles sont aussi plus précoces que les garçons. Mais la catégorie des teenagers n’existe ni chez les unes ni chez les autres, les enfants passant sans transition des jupes de leur mère au travail et au mariage. L’A. porte une attention toute particulière au « folklore de l’enfance »  elle entend par là « les coutumes et leurs rationalisations se rapportant aux âges de l’enfance »  et à son rôle dans les processus d’enculturation. En revanche, elle se défend de toute approche psychologique : E. Friedl dit s’intéresser aux choix culturels offerts aux jeunes mais nullement, par exemple, à l’influence de l’expérience des enfants sur la personnalité des adultes.

4Tout en revendiquant l’étiquette d’anthropologue, l’A. se présente comme le simple rapporteur d’« histoires ethnographiques signifiantes », animé du seul souci, au demeurant louable et légitime, de rendre aux enfants leur place et leur voix, trop souvent absentes des travaux ethnologiques. Si l’on ne peut qu’applaudir à son refus déclaré du jargon scientifique, l’absence de toute référence bibliographique, en revanche, laisse perplexe : les recherches d’E. Friedl seraient-elles si parfaites qu’elles n’auraient rien à apprendre des autres travaux effectués sur l’Iran (on pense notamment à ceux de M. E. et J. Gulick sur Ispahan) ou même sur d’autres terrains dans le domaine de l’anthropologie de l’enfance (M. Mead, B. B. et J. M. W. Whitting, S. Lallemand, etc.) ? Voilà donc une collecte ethnographique d’importance mais qui tourne court faute de problématisation (réduite à de vagues linéaments dans les pages XIII à XXI), faute aussi de cette dimension essentielle de l’anthropologie qu’est le comparatisme. Par ailleurs, la matière extraordinairement composite de l’ouvrage  descriptions et observations ethnographiques, témoignages, anecdotes, éléments de folklore, extraits de littérature orale, etc. , qui confère à Children of Deh Koh son aspect vivant, agréable à lire, émouvant même parfois, mais aussi son caractère décousu, rend l’absence d’index particulièrement regrettable. Enfin, la translittération est fantaisiste et, dans son principe même, inappropriée puisque le lorī ne possède pas de tradition écrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Erika Friedl, « Children of Deh Koh: Young Life in an Iranian Village. Syracuse (N.Y.), Syracuse University Press, 1997, XXI-306 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 643, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37344

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page