Navigation – Plan du site
650
Sergej Abašin

« Vopreki “zdravomu smyslu” ? (K voprosu o “racional’nosti / irracional’nosti” ritual’nyx rasxodov v Srednej Azii) ». VE, n° 1-2 (6-7), 1999, pp. 92-112. [En dépit du « bon sens » ? (Contribution à la question de la « rationalité » ou de l’« irrationalité » des dépenses rituelles en Asie médiane)]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Rubriques :

16.3. Asie centrale
Haut de page

Texte intégral

1À partir de quelques mesures spectaculaires prises par le président Islam Karimov, à l’automne 1998, contre la pratique des importantes dépenses somptuaires occasionnées en Ouzbékistan par la célébration des principaux rituels de passage (circoncision, mariage, funérailles et anniversaires de deuil), l’A. s’interroge sur les causes de la vitalité actuelle de cette pratique. Il remet en question l’« irrationalité » que lui reprochent les ethnographes soviétiques d’hier et les politiciens ouzbeks d’aujourd’hui. Cette étude très nuancée est basée sur des études de terrain personnelles (dans le Ferghana notamment), et nourrie de nombreuses références  en particulier aux travaux novateurs de l’ethnographe F. D. Ljuškevič : voir, de celui-ci, « Tradicii mežsemejnyx svjazej uzbeksko-tadžikskogo naselenija Srednej Azii (k probleme bytovanija “kalyma” i drugix patriarxal’nyx obyčaev) » [Les traditions de relations inter-familiales dans la population ouzbéque et tadjique d’Asie Médiane (sur le problème de la remise du kalym et d’autres coutumes patriarcales)], Sovetskaja ètnogragija, 1989, n° 4. L’A. de la présente étude s’est penché en particulier sur l’imbrication des communautés locales de niveau variable, notamment le ošxur-obxur (ou tŭjlaš, ou ošlaš, entité plus large que le mahalla, et sur le positionnement respectif de ces diverses communautés dans l’organisation d’un repas de circoncision (sunnat-tŭy), qui est pris ici comme exemple de célébration familiale donnant lieu à des dépenses somptuaires particulièrement importantes. En rupture avec l’école ethnographique soviétique, l’A. insiste sur la fonction de ces dépenses comme vecteur d’intégration communautaire de la famille nucléaire, de ses collatéraux et plus largement de la communauté locale (mahalla) dans l’environnement proche des mahalla alliés (formant un ošlaš), et à plus grande échelle des ošlaš ou autres entités circonvoisines. L’A. s’attache enfin à replacer les dépenses occasionnées dans le cadre d’un système d’échanges rituels particulièrement sophistiqué, lequel devient un puissant facteur d’intégration sociale, si ce n’est économique, dans le cas des familles les plus démunies d’une communauté locale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Sergej Abašin, « « Vopreki “zdravomu smyslu” ? (K voprosu o “racional’nosti / irracional’nosti” ritual’nyx rasxodov v Srednej Azii) ». VE, n° 1-2 (6-7), 1999, pp. 92-112. [En dépit du « bon sens » ? (Contribution à la question de la « rationalité » ou de l’« irrationalité » des dépenses rituelles en Asie médiane)] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 650, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37358

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page