Navigation – Plan du site
80
Jahanshah Derakhshani

Grundzüge der Vor- und Frühgeschichte Irans. Geschichte und Kultur des Alten Ostiran. Band I / Heft I : Die Zeit Zarathustras. Rekonstruktion der altiranischen Chronologie. Tehran, International Publications of Iranian Studies, 1995, 171 p.

Compte-rendu réalisé par Philip Huyse

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Il arrive de temps en temps que surgissent, ex nihilo ou presque, des hypothèses spectaculaires mettant en cause les théories établies et acceptées par la majeure partie de la communauté scientifique. Tel est le cas ici et l’on imagine bien la méfiance des traditionalistes à l’égard des idées osées par lesquelles l’auteur explique la présence précoce des Aryens dans le Proche et le Moyen-Orient. L’ouvrage achevé comprendra trois volumes, dont le premier est divisé en deux cahiers. Le premier de ces cahiers est maintenant publié (1995), le deuxième devrait paraître sous peu et est préparé par le deuxième livre recensé ici (1998).

2Dans le premier demi-cahier du premier volume, l’auteur tente de situer dans le temps le prophète Zarathuštra, vers 1800 av. J.-C. Il rejette à juste titre la thèse ancienne dite « de Vištāspa », selon laquelle kavi Vištāspa, le protecteur du prophète dans les Gāās, serait à identifier avec le père de Darius Ier ; en revanche, on aimerait obtenir un peu plus d’arguments pour la date assez haute avancée pour Zarathuštra. Une conséquence de cette date est que, pour l’auteur, la dynastie des Kayanides sort du légendaire. Mais certains des arguments sont contestables ou faux : p. ex., les inscriptions vieux-perses attribuées à Arsamès et Ariaramnès sont à l’évidence des faux du 4e s. av. J.-C. et ne peuvent donc fournir aucune information sur la religion des Achéménides avant Cyrus II (pp. 74-76).

3Mais c’est le deuxième livre qui est certainement le plus « choquant » par la témérité et les conséquences des thèses avancées. Selon l’auteur, les Aryens auraient été présents sur le plateau iranien dès le 3e, voire le 4e millénaire, d’où ils se seraient répandus ; et l’indo-iranien ne serait pas issu de l’indo-européen commun, mais le développement se serait produit dans la direction inverse. Cette brève notice n’est pas l’endroit idéal pour une argumentation détaillée, mais dans le raisonnement de l’auteur la chronologie relative des changements phonologiques me semble souvent subordonnée à la ressemblance apparente des mots.

4En conclusion, j’espère pourtant avec l’auteur que ses thèses à la fois originales et gênantes ne seront pas simplement négligées, mais que l’on cherchera la voie de la critique constructive. Je reste toutefois très sceptique quant au succès, car l’impression finale est un peu celle d’une pêche avec un filet dont les mailles sont trop larges. Mais comme l’auteur promet plus de preuves dans les volumes à venir, il faudrait tout de même attendre sa démonstration complète. [Ce compte rendu concerne également le n° 81]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Huyse. Jahanshah Derakhshani, « Grundzüge der Vor- und Frühgeschichte Irans. Geschichte und Kultur des Alten Ostiran. Band I / Heft I : Die Zeit Zarathustras. Rekonstruktion der altiranischen Chronologie. Tehran, International Publications of Iranian Studies, 1995, 171 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 80, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37477

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page