Navigation – Plan du site
5
Jean-Louis Bacqué-Grammont, Michele Bernardini et Luca Berardi

L’arbre anthropogène du Waqwaq, les femmes-fruits et les îles des femmes. Recherches sur un mythe à large diffusion dans le temps et l’espace. Naples, Università degli studi di Napoli “L’Orientale”, Dipartamento di Studi Asiatici (« Series Minor », LXXII) / Institut français d’études anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 p., index.

Compte-rendu réalisé par Jean Calmard

Texte intégral

1Depuis les recherches de l’érudit diplomate et orientaliste Gabriel Ferrand (1864-1935), comme le signale l’avant-propos des auteurs de cet ouvrage, à quelques exceptions près, on avait très peu progressé dans la connaissance du Wâqwâq. Le mythe de cet arbre anthropogène et fantasmatique situé, selon les auteurs musulmans, à des extrémités éloignées de l’océan Indien a connu une large diffusion dans de vastes aires culturelles. Les éditeurs de ce volume se proposent donc de reprendre les parties de ce dossier laissées ouvertes par Gabriel Ferrand, (« des traînées de petits cailloux blancs » reprises par les contributeurs de ce recueil, p. 35).

2Pour réaliser cette entreprise, J.-L. Bacqué-Grammont (ci-après BG) et ses collaborateurs ont rassemblé, autour de ce « riche sujet fédérateur », des spécialistes travaillant sur diverses disciplines et des aires culturelles souvent très éloignées. Leurs contributions comportent de nombreux points de convergence avec les diverses facettes du mythe et sa large diffusion de l’océan Indien à la mer de Chine. Le propos est exposé avec concision dans la préface de BG. Contrairement à certaines présentations édulcorées, celles de G. Ferrand mises à part, ce mythe « se distingue par l’audace de son aspect sexuel ». Dans ce recueil, « c’est donc à cette dimension trop négligée que sera accordée une particulière attention » (p. 3).

3Les divers aspects du mythe sont retracés en détail, à travers diverses chroniques et commentaires, par BG dans sa très abondante contribution (pp. 7-130) dont voici les intitulés, abrégés, dépourvus ci-après des paginations et des signes diacritiques : En guise d’introduction : autour de quatre compendium d’époque ottomane (textes annexés dans quatre Appendices : d’après le Târih-i Hind i garbi ; d’après Mustafa ‘Ali de Gallipoli ; d’après le Cihan-nüma de Kâtib Celebi ; dans la traduction turque du Borhân-e Kâte’. Cette introduction est complétée par treize excursus : I. Grates et Gratulationes ; II. Localiser l’utopique ? ; III. Autour de l’île des femmes ; IV. Contractilités et préhensibilités singulières ; V. Exhaustion et exacerbation des virilités ; VI. Femmes-fruits, filles-fleurs et forêt aux pucelles ; VII. Sur l’agnus scythicus et quelques transmuables ; VIII. Remarques sur la mémoire des lieux et des mots ; IX. Sur les femmes-fruits de l’Asie du Sud-Est péninsulaire ; X. Carpogénètes et xylogénètes de l’Asie du Sud-Est insulaire… ; XI. Miroir de l’orientalisme… ; XII. Humbles pas dans les traces de Jurgis Baltrusaitis ; XIII. Un diplomate orientaliste : Gabriel Ferrand.

4Ces divers aspects du mythe sont développés dans les contributions qui suivent, dont certains titres (parfois cités en abrégé) sont assez explicites : Francis Richard, L’arbre waq-waq vu par les Persans ; Sylvia Auld, Another look at the Waq-waq : arabesques and talking heads ; Sima Orsini-Sadjed, La description de l’arbre de wâq-wâq selon les « adeptes de la théorie de la métempsychose » rapportée par ‘Aziz :Nasafi ; Mario Casari, Alexandre et l’arbre anthropique ; Altan Gokalp, L’arbre vakvak dans la tradition turque : Le « peuplier sanglant » du théâtre d’ombres karagöz ; Faruk Bilici, Lutte de pouvoir, harem et violences dans l’empire Ottoman au XVIIIe siècle : les journées de vakvâk (1656) ; Claude Allibert, Végétal, minéral ou humain ? Reconsidération du problème ; Adolfo Tamburello, Lieux fantastiques de l’océan Indien. A propos du voyage à Engano d’Elio Modigliani ; Simone Mauclaire, Nyogoshima, « l’île des femmes » : Un lieu commun de la société japonaise pré-contemporaine ; Eric Marchandet, L’arbre à femmes de l’île de Waqwaq : Actualité du mythe ; Damien Bischoff, Digression ethnologique sur la nature et la structure du mythe de l’arbre anthropogène du Waqwaq ; Jean-Claude Chabrier, Femme banale, femme idéale, femme fatale dans le rêve du marin. Propos d’un médecin praticien ; Michele Bernardini, Sur les noix de coco / femmes-fruits et les ocelles des peaux de panthère.

5Par son caractère multidisciplinaire et la richesse de ses contributions, cet ouvrage renouvelle complètement les études sur un mythe qui, malgré sa large diffusion, était resté mal étudié dans ses divers aspects et implications. Les AA. considèrent livrer ici les résultats d’une « première entreprise », comme « une invitation à poursuivre plus outre l’enquête dans l’espace-temps… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard. Jean-Louis Bacqué-Grammont, Michele Bernardini et Luca Berardi, « L’arbre anthropogène du Waqwaq, les femmes-fruits et les îles des femmes. Recherches sur un mythe à large diffusion dans le temps et l’espace. Naples, Università degli studi di Napoli “L’Orientale”, Dipartamento di Studi Asiatici (« Series Minor », LXXII) / Institut français d’études anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 5, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37522

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page