Navigation – Plan du site
37
Anonyme

Gozāreš-hā-ye bāstān-šenāsī (7). Majmū‘e maqālāt-e nohomīn gerdehamāyī-e sālāne-ye bāstān-šenāsī-ye Īrān / Archaeological reports (7). The 9th Annual Symposium on Iranian Archaeology. Pažūhešgāh sāzemān-e mīrāṯ-e farhangī, ṣanāye‘ dastī va gardešgarī, pažūheškade-ye bāstān-šenāsī / Research Center for ICHHTO, Iranian Center for Archaeological Research, Tehrān / Tehran, 1386/2007, 2 vol., 509+130 p. fig., 23 Pl. coul. ; 437+136 p., fig., 24 Pl. coul.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Publication très rapide des comptes-rendus de fouilles et prospections effectuées en Iran durant l’année 1385 (mars 2006 – mars 2007). Parmi les quelques 50 contributions, dont une dizaine en anglais, les autres en persan, on retiendra ici des rapports en anglais sur les fouilles de sauvetage dans le Tang-i Bolaghi, dont un site achéménide/post-achéménide (A. Askari Chaverdi, P. Callieri) et un autre d’époque sassanide, mais avec un bâtiment achéménide (B. Kaim, A. Asadi, R. Heydari) ; les premiers résultats de sondages stratigraphiques à Pasargades (Askari Chaverdi, Callieri) (voir c.r. n° 53 et 103).

2En persan, on notera les résultats très importants de deux campagnes de sondages de contrôle à Tappeh Hegmataneh par le regretté Massoud Azarnoush (voir c.r. n° 99), ce que la campagne suivante, en hiver 2007, achèvera de démontrer de manière irréfutable. Un rapport sur Robat-e Sardasht (R. Heydari), site « mannéen », proche de Bukan (où les fouilles se poursuivent, B. Kargar) qui, comme celui-ci, a livré des briques à glaçure, vestiges de décor mural, mais aussi un pavement géométrique en pierres étonnant. A noter également, la première campagne de fouille à Valiran, près de Damavand, dont les tombes ont livré de remarquables rhytons en terre cuite, tandis que des monnaies sassanides tardives étaient recueillies par ailleurs (M. R. Nehmati).

3Une activité intense, largement liée aux fouilles de sauvetage, mais qui tendent à couvrir l’ensemble des régions. Plusieurs d’entre elles restent cependant peu étudiées, toute la moitié Est de l’Iran et la côte du golfe Persique. On regrettera la qualité médiocre des photos noir et blanc, inconvénient que rachète en partie la sélection réduite de photos en couleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Anonyme, « Gozāreš-hā-ye bāstān-šenāsī (7). Majmū‘e maqālāt-e nohomīn gerdehamāyī-e sālāne-ye bāstān-šenāsī-ye Īrān / Archaeological reports (7). The 9th Annual Symposium on Iranian Archaeology. Pažūhešgāh sāzemān-e mīrāṯ-e farhangī, ṣanāye‘ dastī va gardešgarī, pažūheškade-ye bāstān-šenāsī / Research Center for ICHHTO, Iranian Center for Archaeological Research, Tehrān / Tehran, 1386/2007, 2 vol., 509+130 p. fig., 23 Pl. coul. ; 437+136 p., fig., 24 Pl. coul. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 37, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37579

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page