Navigation – Plan du site
43

« The culture of Parthian Nisa: between steppe and empire », in : J. Cribb, G. Herrmann, eds., After Alexander. Central Asia before Islam. Oxford, Oxford University Press, 2007, pp. 163-177. (Proceedings of the British Academy, 133)

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet et Carlo Lippolis

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1(Version française) L’A., qui a dirigé la mission italienne à Nisa dans les années 1990, reprend à la lumière des matériaux maintenant disponibles la question de l’idéologie royale des premiers Arsacides telle qu’on peut la percevoir à travers leur première capitale. Celle-ci (ou du moins le site fortifié de la « Vieille Nisa », indépendant de la ville de Nisa proprement dite) aurait eu des fonctions uniquement cérémonielles et sacrales, autour du mausolée du fondateur Mithridate Ier, auquel l’A. veut identifier la « Salle Ronde » où a effectivement été retrouvé le visage d’une statue de ce roi. Ces propositions peuvent donner lieu à discussion (la tholos du palais de Vergina en Macédoine, monument qui se compare le plus directement à la « Salle Ronde », est maintenant tenue pour une salle du trône plutôt que pour une « chapelle palatine »). Plus convaincantes sont les considérations sur la persistance d’éléments idéologiques hérités de la steppe (ainsi le bouclier de parade illustré fig. 5, avec ses trois symboles du trident, de la palmette et de l’aigle, renvoie au « royaume tripartite de la cosmologie scythe »). L’affirmation des Arsacides comme grande monarchie à partir de Mithridate Ier les a conduits à compléter ce langage symbolique ancestral par une combinaison d’éléments tantôt macédoniens, tantôt grecs en général, avec l’établissement à Nisa d’artistes grecs ou formés à la grecque (ce qui demeure improuvable pour les statues de pierre et les rhytons d’ivoire qui ont pu être importés, mais est incontestable pour la sculpture de terre crue).

2(English version) The importance of cultural background of the first Parthian kings appears to have influenced the direction taken by the new Arsacid empire. From this point of view the results of the research at Old Nisa are of great importance, providing a corpus of useful data both in art and in architecture as illustrated in this article. On one hand, that the Arsacid aristocracy had not forgotten the themes of its ancestral culture is documented by numerous artefacts as for example some of the metal figurines. On the other hand, as in the case of the marble statues and of the clay sculptures, the solution that there was in Old Nisa a local production of Greek-oriented artistic workshops (maybe one of the most important schools of Greek or Greek-trained artists in Hellenistic Asia) seems to the author to be the most plausible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet et Carlo Lippolis. « « The culture of Parthian Nisa: between steppe and empire », in : J. Cribb, G. Herrmann, eds., After Alexander. Central Asia before Islam. Oxford, Oxford University Press, 2007, pp. 163-177. (Proceedings of the British Academy, 133) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 43, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37592

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page