Navigation – Plan du site
122
Vesta Sarkhosh Curtis et Sarah Stewart

The Age of the Parthians. London, I. B. Tauris, 2007, x + 162 p. (The Idea of Iran, 2)

Compte-rendu réalisé par Philip Huyse

Texte intégral

1Après un premier volume sur la naissance de l’Iran (cf. Abs. Ir. 28, 2005, c.r. n°116), le présent livre est le deuxième dans une série sur la genèse conceptuelle de l’Iran. Il contient les actes d’un symposium tenu à la School of Oriental and African Studies de Londres au printemps 2005 et comprend six articles portant sur l’Iran à l’époque arsacide : Vesta Sarkhosh Curtis, « The Iranian Revival in the Parthian Period » (pp. 7-25) recherche l’élément proprement parthe (notamment vestimentaire) dans l’iconographie des monnaies arsacides et élymaïdes. A. D. H. Bivar, « Gondophares and the Indo-Parthians » (pp. 26-36) remonte aux origines du royaume indo-parthe et commente quelques événements-clés de son histoire. Josef Wiesehöfer, « Fars under Seleucid and Parthian Rule » (pp. 37-49) traite de la dynastie perside des fratarakā « gouverneurs » à l’époque séleucide et parthe. Il démontre que les fratarakā se virent certes comme étroitement liés aux Achéménides mais ne se considérèrent pas comme des Grands Rois ; pour cette raison, ils ne constituèrent pas de menace pour les Parthes arsacides et ceux-ci n’ont pas tenté de mettre fin à leur pouvoir local. Plutôt qu’une province rebelle aspirant à l’indépendance, la Perside fut un royaume vassal loyal aux Parthes jusqu’à la fin de l’empire arsacide. Rolf Michael Schneider, « Friend and Foe: the Orient in Rome » (pp. 50-86) examine la représentation figurée des Parthes chez les Romains et soutient la thèse qu’à l’époque impériale les images de l’Orient(al), ami et ennemi, se complètent et ne s’opposent pas. Wang Tao, « Parthia in China: a Re-examination of the Historical Records » (pp. 87-104) procède à une enquête utile sur les renseignements au sujet des Parthes dans les sources chinoises. Si les textes sur les Parthes sont nombreux, l’information qu’elles procurent demeure limitée : leur but n’était pas de fournir une narration chronologique d’événements historiques, mais des renseignements pratiques pour l’administration chinoise à des fins militaires ou fiscales. La présence du dernier article de P. O[ktor] Skjærvø, « The Videvdad: its Ritual-Mythical Significance » (pp. 105-142) dans un volume sur les Parthes se justifie uniquement par le fait que la rédaction du Videvdad, généralement considéré comme un texte « récent » sur la base de critères de qualité littéraire, a parfois été datée à l’époque parthe. De son côté, l’A. cherche à apporter des arguments en faveur d’une datation bien antérieure et plus proche de celle de la composition des Gathas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Huyse. Vesta Sarkhosh Curtis et Sarah Stewart, « The Age of the Parthians. London, I. B. Tauris, 2007, x + 162 p. (The Idea of Iran, 2) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 122, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37754

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page