Navigation – Plan du site
136
Beatrice Forbes Manz

Power, Politics and Religion in Timurid Iran. Cambridge, Cambridge University Press, 2007, 313 p.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ouvrage majeur, fruit d’une recherche scrupuleuse, consacré à l’étude du règne de Šāh-Roḫ (811/1409-850/1447) en tant que période clé pour l’établissement ferme du pouvoir des descendants de Tamerlan. Dans ce nouveau livre, B.F. Manz, spécialiste de l’histoire politique timouride, aborde les questions de la formation et de l’affermissement de l’État timouride après la disparition de Tamerlan (m. 1405), conquérant et fondateur de la dynastie. Les trois premiers chapitres, examinent les circonstances de l’arrivée au pouvoir de Šāh-Roḫ, les stratégies employées pour asseoir sa légitimité, notamment à travers l’historiographie officielle, et l’exercice de l’autorité politique (entourage du souverain et fonctionnement de son administration).

2Les chapitres suivants, d’un grand intérêt, analysent les ressources politiques et militaires de l’Etat et traitent en particulier de la domination timouride en Iran central et méridional, donc des rapports entre le pouvoir et les sociétés locales. Selon l’A., c’est le système efficace de gouvernement (grande indépendance fiscale sous la supervision directe du souverain) et d’organisation militaire (place donnée aux armées régionales, aux fottovat et aux activités de zūrḫāne) qui constitue la clé de lecture majeure pour comprendre l’importance du règne de Šāh-Roḫ. Le sixième et le septième chapitres étudient le contexte religieux de la première moitié du XVe siècle. La relation entre les classes politiques et les classes religieuses et surtout l’influence grandissante des šeyḫs sufis dans les affaires de l’État, procéderaient ainsi direcetement d’une politique religieuse amorcée à l’époque ilkhanide, notamment sous Ghazan Khan. Le dernier chapitre est consacré à la succession de Šāh-Roḫ, où l’A. éclaire l’action de l’entourage du souverain défunt, notamment de son épouse Gawhar-Šād, mais aussi d’autres acteurs politiques, ainsi que le rôle des grands centres urbains, tel Samarcande ou Ispahan (ce dernier perdu pour les Timourides justement sous les successeurs de Šāh-Roḫ).

3Voir le c.r. critique de cet ouvrage dans St. Ir. 38, fascicule 1 (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Beatrice Forbes Manz, « Power, Politics and Religion in Timurid Iran. Cambridge, Cambridge University Press, 2007, 313 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 136, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37777

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page