Skip to navigation – Site map
176
Jokār, Jalīl

Šīve-hā-ye rang-sāzī dar qalamrow-e honar va naqqāšī. Tehrān, Farhangestān-e Honar, 1385 [2007], 188 p. [Les Méthodes de fabrication de la couleur dans l’art et la peinture]

Book review by Ghazaleh Esmaeelpour Ghoochani

Index terms

Rubriques :

5.0. Généralités
Top of page

Full text

1L’objectif annoncé par l’A. dans sa préface est d’aider les artistes à fabriquer eux-mêmes leurs peintures. Aussi dès le premier chapitre, s’essaye-t-il à une théorisation de la couleur au sens large, tant d’un point de vue historique, que scientifique, artistique, voire même psychologique. La brièveté de ce chapitre, pourtant dédié à une thématique fort large et fort complexe, donne d’emblée un caractère superficiel à l’ensemble. Le second chapitre est ensuite consacré à l’histoire des pigments, classés en quatre groupes, et répartis selon leur nature : origine minérale, organique, métallico-organique et métallique. L’A. choisi de mettre de côté la fabrication des pigments organiques – à l’exception de l’indigo –, trouvés chers et difficiles à préparer. Parti regrettable, tant ces pigments furent longtemps employés dans la peinture persane, et les informations sur leurs propriétés chimiques et leur préparation auraient pu intéresser historiens d’art, conservateurs, comme les artistes. Puis sa définition des pigments métallo-organiques n’est pas clairement expliquée. Au troisième chapitre sont présentés les liants, tant naturels que synthétiques. L’A. fournit des informations sur les solvants, les charges et les adjuvants. Le dernier chapitre est consacré aux préparations : aquarelle, peinture à l’huile, crayon de couleur, pastel et tempera, et donne des informations sur la teinture des papiers avec des teintes végétales et synthétiques. L’A. propose également une nouvelle manière de préparer l’or, différente de la préparation traditionnelle, plus complexe. Dans ce même chapitre, il présente les oxydes utilisés pour le décor des céramiques, sujet n’ayant certes plus de lien direct avec ce qui a été dit précédemment, mais qui permet par une pirouette de revenir au titre du livre : « Méthodes de fabrication de la couleur dans l’art et la peinture ». Des indications sur la couleur dans quelques miniatures sont présentées à la fin du manuel, mais elles ne semblent pas avoir leur place, dans la mesure où les pigments et les techniques traditionnelles de fabrication des couleurs demeurent par ailleurs fort rarement mentionnés. Enfin, les attributions à Behzād sont contestables et les localisations actuelles des images jamais indiquées.

2Pour finir, les références bibliographiques sont approximatives et même souvent absentes de l’ouvrage ; quant aux résultats des opérations chimiques, on ne sait s’ils sont l’aboutissement d’expériences personnelles ou s’ils émanent de sources non citées. Il faut ajouter à ces imprécisions une terminologie anglaise très approximative et des erreurs dans les formules chimiques.

3L’A., en tant qu’ingénieur en chimie et enlumineur, avait les moyens de mener à bien un travail utile aux peintres comme aux historiens d’art, ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent à la peinture persane et la fabrication des couleurs. Il est regrettable que le manque de précision et de fiabilité de nombre de points dévalorise le fruit de sept années de recherche.

Top of page

References

Electronic reference

Ghazaleh Esmaeelpour Ghoochani. Jokār, Jalīl, « Šīve-hā-ye rang-sāzī dar qalamrow-e honar va naqqāšī. Tehrān, Farhangestān-e Honar, 1385 [2007], 188 p. [Les Méthodes de fabrication de la couleur dans l’art et la peinture] », Abstracta Iranica [Online], Volume 30 | 2010, document 176, Online since 08 April 2010, connection on 24 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37831

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page